BIEN-ÊTRE

L'appendice n'est pas inutile

11/01/2017 03:06 EST
decade3d via Getty Images
Appendix pain

L'étude de l'évolution de l'appendice chez différents mammifères laisse à penser qu'il joue un rôle important comme organe immunitaire secondaire en stimulant la croissance de certains types de bactéries intestinales bénéfiques. Explications.

Un texte d'Alain Labelle

L'appendice qui prolonge le côlon, mesurant de 6 à 12 cm de longueur sur 4 à 8 mm de diamètre, est souvent jugé inutile et est parfois qualifié de vestige biologique.

De plus, son inflammation soudaine occasionne une appendicectomie (son ablation), l'urgence chirurgicale abdominale la plus courante en Occident.

Un rôle immunitaire

Or, une équipe internationale de chercheurs a étudié la présence ou l'absence de l'appendice et d'autres caractéristiques gastro-intestinales chez 533 espèces de mammifères.

C’est en comparant leurs transformations à travers le temps que le Dr Heather F. Smith et ses collègues ont réussi à mieux cerner le rôle mystérieux de cet organe chez l’humain.

Les chercheurs ont pu créer un «arbre génétique» afin de comprendre comment l'appendice a évolué chez les mammifères, et ont tenté de déterminer pourquoi certaines espèces ont un appendice tandis que d'autres n’en ont pas.

Ces analyses ont permis de confirmer que les tissus lymphatiques qui s’y trouvent stimulent la croissance de certains types de bactéries intestinales bénéfiques. L'appendice servirait ainsi de «réservoir» pour les bactéries intestinales utiles.

Ils ont aussi déterminé que l'appendice a évolué indépendamment chez plusieurs espèces de mammifères et qu’il ne disparaît pratiquement jamais dans le processus évolutif.

Cette autre constatation laisse à penser que l’organe joue un rôle adaptatif. Ils ont aussi déterminé que les espèces ayant un appendice ont des concentrations moyennes plus élevées de tissu lymphoïde dans le caecum, la première partie du côlon, ce qui laisse à penser qu’il joue bel et bien un rôle important en tant qu'organe immunitaire secondaire.

Le détail de ces travaux est publié dans le Journal of Theoretical Biology.

À voir également :

12 aliments pour renforcer votre système immunitaire

Abonnez-vous à notre page sur Facebook
Suivez-nous sur Twitter