NOUVELLES

Le consortium Alstom-Bombardier décroche un important contrat en France

11/01/2017 09:00 EST | Actualisé 11/01/2017 09:00 EST
Reuters/Charles Platiau

Le conseil d'administration de la SNCF a confirmé mercredi la commande de 255 rames de RER au consortium franco-canadien Alstom-Bombardier pour le compte du Syndicat des transports d'Ile-de-France.

Cette commande d'environ 3,75 milliards d'euros (5,24 G $CAN) est la plus importante jamais financée par le Syndicat des transports d'Île-de-France (Stif), précise un communiqué commun de cet organisme, d'Alstom-Bombardier et de la SNCF.

C'est aussi le plus gros appel d'offres jamais mené par la SNCF pour du matériel roulant, a pour sa part déclaré le PDG de l'entreprise publique, Guillaume Pépy, cité par le communiqué.

« Alstom, en groupement avec Bombardier, concevra et fournira la nouvelle génération de matériel à deux niveaux destiné aux lignes D et E du réseau d'Ile-de-France exploité par SNCF Transilien », lit-on dans ce texte.

La première tranche ferme de ce marché comprend la livraison en 2021 de 71 rames pour un montant estimé à 1,55 milliard d'euros (2,16 G $CAN) subventionnés à 100 % par le STIF.

La part d'Alstom-Bombardier sur cette première tranche est de 1,155 milliard (70 % pour Alstom et 30 % pour Bombardier).

Ce nouveau train, dit « boa », spécialement conçu pour les zones à forte densité de population, sera sans séparation entre les voitures et avec des portes larges pour accroître la fluidité des passagers, dit le communiqué.

Chaque rame pourra transporter jusqu'à 1860 passagers pour une consommation d'énergie réduite de 25 % par rapport aux générations précédentes de trains.

Environ 2000 personnes, dont 550 ingénieurs, travailleront sur ce projet au sein du groupement Alstom-Bombardier, qui permettra de pérenniser plus de 8000 emplois en France au sein de la filière ferroviaire, précise le communiqué.

Huit sites d'Alstom en France concevront et fabriqueront ce matériel : Valenciennes, Reichshoffen, Ornans, Le Creusot, Villeurbanne, Tarbes, Petit-Quevilly et Saint-Ouen. Du côté de Bombardier, le site de Crespin sera mis à contribution.

Abonnez-vous à notre page sur Facebook
Suivez-nous sur Twitter