NOUVELLES

Avec ses prises de position, Trump met l'administration sortante dans l'embarras

02/01/2017 07:34 EST | Actualisé 02/01/2017 07:34 EST
dpa

Ce n'est pas une règle formelle, mais c'est la tradition : entre le moment où il est élu et le moment où il entre officiellement en fonction, le président désigné des États-Unis se replie habituellement dans un certain devoir de réserve de manière à ne pas interférer avec les décisions prises par l'administration sortante. Mais Donald Trump ne l'entend pas ainsi.

Un texte de Hugo Lavallée

Après avoir mené une campagne défiant les règles traditionnelles de la politique, Donald Trump a plutôt décidé de faire fi des conventions liées à la passation des pouvoirs.

« Trump est le premier président désigné de l'histoire à parler de politique étrangère pendant la transition », affirme sans détour Timothy Naftali, historien et ancien directeur de la Bibliothèque présidentielle Richard-Nixon.

Au cours des dernières semaines, Donald Trump a affirmé que les États-Unis devaient rehausser et étendre leur arsenal nucléaire. Il a appelé la Maison-Blanche à exercer le veto américain au Conseil de sécurité de l'ONU pour bloquer le passage de la résolution condamnant la colonisation israélienne en territoire palestinien. Il a aussi pris à partie le gouvernement chinois, après que ce dernier ait mis la main sur un drone appartenant aux Américains.

« Des situations comme celles-là où le président désigné s'exprime sur toutes sortes d'enjeux, on ne voit jamais ça », explique l'auteur et historien spécialisé en histoire présidentielle américaine Michael Beschloss.

De fait, la plupart des présidents désignés se réfugient habituellement derrière la formule « un président à la fois » lorsqu'on les questionne sur des événements d'actualité, entre les moments de leur élection et de leur prestation de serment.

C'est ce qu'avait fait Barack Obama peu après son élection en novembre 2008 alors que George W. Bush exerçait toujours la fonction. « Je vais me montrer très prudent pour que le monde reçoive le bon signal : je ne suis pas le président et je ne le serai pas avant le 20 janvier », avait-il répondu, pressé de questions en conférence de presse. Ses prédécesseurs avaient agi de la même façon.

Voir aussi :

INOLTRE SU HUFFPOST

Les expressions de Trump ridiculisées