DIVERTISSEMENT

«En direct de l'univers du jour de l'An»: recette éprouvée, toujours réinventée (PHOTOS)

31/12/2016 11:20 EST | Actualisé 31/12/2016 11:20 EST
Radio-Canada

Des personnalités qui surgissent de partout, toutes sortes de musiques, des numéros mémorables et remplis de surprises et de l’émotion au pouce carré : la recette maintenant éprouvée, mais constamment réinventée, d’En direct de l’univers – Spéciale du jour de l’An est devenue, en cinq ans, un incontournable auquel on tient beaucoup pour débuter notre soirée télé du 31 décembre.

Samedi, pour l’édition d’adieu à 2016, France Beaudoin accueillait comme invités d’honneur Julie Perreault, Ricardo, Jean-Michel Anctil et «le grincheux» Serge Denoncourt, qui clame haut et fort ne pas aimer Noël. Une centaine de visages, musiciens, choristes et chanteurs (d’un soir ou de métier) sont passés dans le décor radio-canadien pour rendre hommage à ce quatuor, dont les membres ont tous brillé dans la dernière année.

Le long segment d’ouverture a offert un survol de 2016 avec de courts extraits de manchettes et des titres de circonstances. Survoltés, Yann Perreau, Jean-François Breau et Antoine Gratton ont brisé la glace sur J’aime les oiseaux, récent succès de Perreau, rapidement entrecoupé d’un échantillon de Who Let The Dogs Out évoquant la controverse sur les pitbulls. Excellent flash. Chantal Lamarre s’est ensuite amenée, entonnant Un tout petit bikini, réarrangée pour parler du burkini. Alexandre Désilets a poussé Cake By The Ocean, Guylaine Tanguay, I Drove All Night, Katherine Levac, Salut les amoureux, Lulu Hughes, This Girl, Annie Villeneuve, Raise Your Glass, Richard Séguin, Protest Song et Stéphanie St-Jean, gagnante de La voix, Respect.

En direct de l'univers - Jour de l'An


Le pot-pourri s’est achevé dans une cocasse mise en scène, alors que tout le monde, incluant un Alain Gravel sorti de nulle part, a exhibé son téléphone cellulaire, clin d’œil à l’affaire des journalistes dont les lignes téléphoniques ont été placées sous écoute.

Denoncourt craque

Si Serge Denoncourt ne décore sa maison d’aucune fantaisie à l’approche du temps des Fêtes, conservant plutôt le souvenir de ses parents qui devaient se serrer la ceinture pour gâter leur progéniture lorsqu’il était enfant, pour Ricardo, c’est tout le contraire.

Le cuistot le plus populaire du Québec honore toutes les traditions rattachées à la fête, incluant celle du pain-sandwich. On ne s’est donc pas étonnés de voir surgir Sœur Angèle et Jean Soulard, portant une longue réplique de ce mets bien de chez nous, pendant que Gregory Charles s’échinait au piano et que Stéphane Archambault interprétait le classique du répertoire d’ici, La cuisinière.

Quelques secondes plus tôt, Ricardo avait eu droit à des souhaits sur vidéo de Loni Anderson, l’une de ses idoles de jeunesse, directement de Los Angeles. Sa sœur et son neveu sont ensuite venus lui dédier Chain Of Fools, les employés de son entreprise se sont unis sur une composition de leur cru en l’honneur de leur patron, C’est la faute à Ricardo, et Lynda Lemay a complété Je m’voyais déjà dans une volée de confettis. Par ailleurs, le «père» de Je m’voyais déjà, Charles Aznavour, a transmis ses bons vœux aux convives d’En direct de l’univers lors d’un retour de pause.

Pour Jean-Michel Anctil, on avait imaginé une crèche vivante, dans laquelle Valérie Blais incarnait Marie, et Breen Leboeuf, Joseph, au son d’airs d’Offenbach, Faut que j’me pousse et Rock de v’lours. Et c’est Gino Chouinard qui s’était glissé dans le lit du petit Jésus. Dans l’un de ses rares passages à Radio-Canada, l’animateur de Salut,Bonjour! a allègrement faussé en extirpant son visage pour surprendre son pote Jean-Michel.

Tex Lecor a ensuite gratifié le public de quelques vers de son monologue Noël au camp. Les yeux un peu timides, mais remplis de fierté, Luce Dufault a formé un duo avec sa magnifique fille adolescente, Lunou, sur Amazing Grace. Et la portion coup de chapeau à Jean-Michel Anctil s’est achevée dans les «Ben voyons donc!» énergiques de celui-ci qui, ahuri, a écouté et regardé l’une de ses vedettes préférées lorsqu’il était gamin, le chanteur et guitariste Kim Mitchell, chanter pour lui.

En guise de cadeau à Julie Perreault, on avait réuni un petit groupe de jeunes, tous nés le 11 septembre 2001, comme Thomas, le fils de la comédienne. Chacun d’eux s’est présenté alors que No Name no 1, de Matt Holubowski, jouait en sourdine. La tête d’affiche de L’Échappée, à TVA, avait le regard embué bien avant que son grand Thomas, copie conforme de son papa Sébastien Delorme, ne vienne saluer sa maman.

Charlotte Cardin a enchaîné avec Keep Breathing, Claude Legault et Podz ont ravivé des souvenirs sonores de Minuit le soir au xylophone, Daniel Parent s’est trémoussé sur l’air des publicités d’O’Keefe de jadis, Ben voyons donc!, et le père de Julie Perreault, depuis la Floride, lui a montré quelques accords de guitare, silencieusement, par le biais d’un échange Facetime… qui a gelé, comme dans la vie. La troupe de Footloose, prochaine comédie musicale de Juste pour rire, a également donné un aperçu de la production, pour le plaisir de Julie.

Et Serge Denoncourt, le cynique assumé, a-t-il craqué? On a bien eu l’impression que oui. «Profites-en comme si c’était pas Noël et le jour de l’An», lui a conseillé France Beaudoin. D’entrée de jeu, le metteur en scène et panéliste de C’est juste de la TV a hurlé de stupéfaction et de bonheur en regardant sa muse de jeunesse, Christine Chartrand, juchée haut, se commettre pour lui sur I Feel Love. Luc Bourgeois, Benoît McGinnis et Normand D’Amour ont aligné des couplets d’Il y avait un jardin, L’oiseau, La destinée la rose au bois, Avec le temps et Le Métèque, pour remémorer à Denoncourt l’époque où il «crashait» des partys du jour de l’An. Jonas s’est époumoné sur Hot Stuff et une splendide chorale composée de France Castel, Marie-Denise Pelletier, Laurence Jalbert, Kim Richardson, Lyne Fortin et, visite rare au petit écran, Térez Montcalm, a envoûté la foule sur Hallelujah, soulignant par le fait même le départ de Leonard Cohen.

Avant de céder l’antenne au bulletin d’informations, puis à Infoman 2016, Patrick Bruel a fermé ce En direct de l’univers – Spéciale du jour de l’An sur sa légendaire Place des grands hommes. Il a été entre autres rejoint par les trois filles de Ricardo, Charlotte Aubin et Isabelle Lemme, grandes amies de Julie Perreault, et Antoine Durand, ami de Serge Denoncourt. Ce dernier a finalement été visiblement bouleversé par un message de ses protégés de GRUBB, un collectif de jeunes Roms avec qui il a créé un spectacle musical il y a quelques années.

Julie Snyder à VRAK

Du côté de VRAK, Phil Roy et ses collaborateurs habituels de ALT avaient donné rendez-vous à leurs fidèles habitués en début de soirée pour un bilan des plus décontractés, simplement intitulé ALT 2016 : on ferme l’année!

Entre un palmarès de personnalités «badass» qui ont eu besoin de «like» en 2016 et une expérience impliquant cola et Mentos, Phil Roy s’est entretenu avec son invitée spéciale, Julie Snyder, le temps d’une fausse manucure. Dans leurs peignoirs du Spa Eastman, une coupe de champagne à la main, les nouveaux amis ont rigolé, Julie poussant encore quelques perles d’autodérision.

L’animateur lui a d’abord fait remarquer qu’elle symbolise l’image de la femme forte. «Je ne pense pas que je suis une femme forte, mais je me suis relevée», a constaté l’animatrice et productrice. Lorsque Phil lui a demandé quelle émission de télévision elle aime suivre, Julie a rétorqué : «Cette année, c’est surtout moi qui s’est fait suivre».

La chanson de l’année de Julie Snyder? «Peut-être que demain ça ira mieux, mais aujourd’hui, ma vie c’est d’la marde», a badiné cette dernière, citant Lisa LeBlanc. Incitée à commenter les performances récentes du Canadien de Montréal, la «démone» a ravivé une blessure encore fraîche chez les partisans. «Dans mon p’tit cœur, je m’ennuie de PK Subban», a-t-elle admis. Enfin, à Marie-Mai, sa «petite sœur cosmique», qui donnera bientôt naissance à une petite fille, Julie Snyder souhaite «un bon accouchement et un bon allaitement».

Voir aussi: