NOUVELLES

Essai routier Chevrolet Cruze hatchback 2017: prête pour le succès

16/12/2016 05:57 EST | Actualisé 16/12/2016 05:57 EST
ÉcoloAuto.com

Chez General Motors, personne ne s’en cache, la période est à la chasse aux milléniaux. Alors que les boomers ont pendant longtemps fait vivre la compagnie en achetant des véhicules plus dispendieux et misant surtout sur le confort, dorénavant, la cible ce sont les jeunes, comme en témoigne la venue de la Chevrolet Cruze Hatchback.

Ce n’est pas que la voiture soit sportive ou plus dynamique qu’il ne le faut. En fait, on ne mise nullement sur la performance pour vendre la Chevrolet Cruze à hayon aux jeunes conducteurs : c’est plutôt le style et la connectivité qui seront les fers de lance de toute l’opération marketing qui l’entoure.

Essai routier Chevrolet Cruze hatchback 2017

Opération qui non seulement cible les jeunes, mais mise aussi sur les familles, en insistant sur la sécurité. Bref, avec la Chevrolet Cruze Hatchback, General Motors souhaite regagner l’estime d’une part de la population qui la négligeait depuis plusieurs années.

Charme et style

Ne cherchez pas de grandes nuances entre la Cruze à hayon et la Cruze berline. À l’exception de la ligne de toit qui se prolonge vers une cinquième porte à l’arrière dans une forme plus européenne, les deux véhicules reprennent les mêmes lignes et la même silhouette. En fait, lors de notre essai, je me suis allègrement dirigé vers une Cruze berline avant de réaliser mon erreur et de rebrousser chemin.

La partie avant est, sans conteste, la plus réussie, jouant avec bonheur la carte de l’appartenance familiale au nouveau look GM : un capot qui s’allonge, des blocs optiques plus raffinés, et des lignes nettes et précises. En fait, en y jetant un coup d’œil rapide, la Chevrolet Cruze a un petit quelque chose de la moderne Volt, ce qui est loin d’être une mauvaise chose.

La partie arrière affiche aussi le même style. Bien sûr, l’élégance allongée laisse place aux rondeurs du toit surélevé, mais les blocs optiques et l’ensemble du design sont sans reproche. En fait, au risque de nous répéter, la Chevrolet Cruze à hayon est d’évidence d’inspiration européenne et elle propose un espace de rangement non négligeable : 1136 litres au total, une fois toutes les banquettes rabattues.

L’habitacle propose aussi un aspect raffiné et pratique pour une compacte de cette nature. Les cadrans sont lisibles sans difficulté, les commandes redondantes au volant permettent de contrôler le système audio à volonté ou de mettre en marche le régulateur de vitesse, et l’affichage multifonctions est de mise au centre des jauges.

Quant à la console centrale, elle abrite un écran de bonne dimension, tactile et offrant une interface simple et sans complexe. Bien entendu, cet écran est aussi celui où s’affichent les données lorsque l’on utilise les systèmes Apple Car Play ou Android Auto qui sont de mise sur la petite voiture.

Moteur connu

Ne recherchez pas les nuances dans la motorisation. Un seul moteur est pour le moment disponible et il s’agit du 1,4 litre turbo de 153 chevaux que l’on connaît déjà. Il sera rejoint par une motorisation turbodiesel un peu plus tard dans l’année.

Le moteur est, au choix, offert avec une boîte automatique 6 vitesses dont les capacités ont été mises à l’épreuve sur les routes des Laurentides enneigées, et qui n’a jamais affiché trop de faiblesse. Bien sûr, on aimerait parfois une réaction plus rapide, mais on s’y fait rapidement.

Ce qui n’est pas le cas de la boîte manuelle 6 rapports aussi offerte, et qui peine à gérer la plage de puissance de la petite voiture à traction. Quelques heures de conduite sur les routes sinueuses et enneigées de la région de Saint-Sauveur nous ont forcés à manipuler le levier en permanence, tout en rageant contre l’absence de couple de la voiture. Clairement un cas où la boîte automatique a l’avantage.

Les freins se sont avérés sans reproche, et la direction, bien que peu communicative, n’a jamais rechigné à jouer son rôle.

Peu de versions

Le choix des versions sera aussi simple pour les futurs acheteurs de Chevrolet Cruze Hatchback : la LT ouvre le bal, et la Premier suit, ajoutant une sellerie de cuir chauffante, un volant chauffant et une alerte de collision avant avec freinage automatique. Ne cherchez pas de version de base LS comme sur la Cruze berline, ou d’autres éléments de sécurité, car c’est tout ce que la version à hayon propose.

Ajoutez-y un système appelé Jeunes Conducteurs qui, à l’aide d’une clé, permet de suivre les péripéties de n’importe quel chauffeur invité, et vous aurez une idée des notions de sécurité incluses dans la voiture.

On espère vendre environ 30% de toutes les Chevrolet Cruze au pays en version Hatchback. Et on sait déjà que 40% de ces versions seront vendues au Québec, où les hayons ont la cote. Branchée, économique (elle maintient une moyenne affichée de 6,2 litres aux 100 km) et stylée, la Chevrolet Cruze Hatchback a tout ce qu’il faut pour connaître le succès que GM lui prédit.