NOUVELLES

Des employés d'Uber accusés d'espionner leurs ex et des célébrités

15/12/2016 03:25 EST | Actualisé 15/12/2016 03:41 EST

Les politiques de sécurité chez Uber sont tellement laxistes que des employés ont été en mesure d’espionner des politiciens, des célébrités, y compris Beyoncé, et même leurs ex-conjoints via leurs activités sur l’application de covoiturage, allègue une poursuite judiciaire.

Ward Spangenberg, un ancien enquêteur judiciaire d’Uber, a intenté une action en justice plus tôt cette année devant la Cour suprême de Californie, alléguant que la compagnie l’avait discriminé en raison de son âge et du processus de dénonciation qu’il avait entamé.

« Je me suis plaint qu’Uber ne tenait pas compte de la protection des données, y compris, entre autres choses, que les informations relatives à la paie pour tous les employés d’Uber aient été compilées dans une seule feuille de calcul Google non sécurisée », a déclaré M. Spangenberg dans une déclaration sous serment déposée en octobre.

beyonce

« J’ai également rapporté que le manque de protection des données des clients avait comme conséquence que les employés d’Uber pouvaient suivre des politiciens, et célébrités de haut calibre en plus de leurs connaissances personnelles, incluant leur ex-copains ou ex-époux. »

L’ancien employé d’Uber a déclaré au Center for Investigative Reporting (CIR) que la chanteuse Beyoncé faisait partie de ceux dont les activités étaient surveillées.

« Vue de Dieu »

Les inquiétudes au sujet du respect de la vie privée font jaser depuis un certain temps. Buzzfeed a révélé en 2014 que la société emploie un outil appelé « Vue de Dieu » ou « God View » en anglais qui montre l’emplacement des voitures et de leurs passagers. Le site de nouvelles avait fait la découverte lorsqu’un patron d’Uber à New York avait pu suivre le trajet d’un journaliste de Buzzfeed qui allait justement le rencontrer pour une entrevue.

« God View » est disponible pour les employés d’Uber, mais pas pour les chauffeurs, qui sont techniquement des travailleurs autonomes.

Après ces révélations, Uber avait affirmé avoir pris des mesures pour renforcer la sécurité. Mais cinq employés d’Uber du rayon sécurité ont affirmé au CIR que peu de choses avaient changé après l’annonce. Des milliers d’employés d’Uber ont toujours accès aux données des clients.

uber headquarters

« Quand je travaillais pour l’entreprise, on pouvait suivre son ex ou le trajet de n’importe qui avec presque aucune justification, a déclaré l’ancien ingénieur en sécurité chez Uber au CIR. On n’avait besoin de l’approbation de personne. »

La politique de confidentialité d’Uber énumère les nombreuses façons dont Uber peut collecter les données de ses clients, y compris les informations de paiement et de localisation, le type de téléphone utilisé pour commander la voiture et même les noms et numéros dans la liste de contacts.

Dans un communiqué de presse, l’entreprise a réaffirmé qu’elle augmentait ses dépenses en matière de sécurité.

« Nous avons des centaines d’experts en sécurité et en protection de la vie privée qui travaillent 24 heures sur 24 pour protéger nos données », a déclaré Uber en mentionnant que le règlement établissant que l'accès aux données des clients sert seulement dans un contexte professionnel a été renforcé.

« Toutes les violations possibles sont rapidement et minutieusement étudiées », assure la compagnie.

Voir aussi :

INOLTRE SU HUFFPOST

12 choses à savoir sur Uber