POLITIQUE

La FIQ accuse le Centre universitaire de santé McGill d'imposer l'omerta

11/12/2016 06:17 EST | Actualisé 11/12/2016 06:17 EST
PC

La Fédération interprofessionnelle de la santé du Québec (FIQ) exhorte la direction du Centre universitaire de santé McGill (CUSM) à divulguer comment elle compte réaliser les compressions budgétaires de l'ordre de 28 millions $ récemment annoncées.

La présidente de la FIQ, Régine Laurent, fait état d'un manque de transparence alors que la direction s'apprêterait à couper dans les mesures encadrant la prestation sécuritaire des soins.

Mme Laurent accuse par ailleurs le gouvernement provincial de cautionner l'omerta qui règne à ses yeux dans l'établissement.

Elle tient à souligner que les coupes réalisées dans le nettoyage des salles d'opération ont mené à une hausse du nombre d'infections. La formation du personnel dans les unités de soins palliatifs et d'oncologie, qui feront l'objet d'une fusion, a également écopé, indique-t-elle.

"Le Centre universitaire de santé McGill a ouvert seulement en 2015 en PPP et depuis, on n'est même pas encore rendus en 2017, il y a des coupes de 60 millions", a déploré la présidente de la FIQ, en entrevue avec La Presse canadienne.

"Malgré ce que dit notre ministre de la Santé, ça a des impacts sur les soins et sur notre capacité à exercer de façon correcte au CUSM", a-t-elle poursuivi, évoquant une surcharge des professionnels _ dont le taux d'absentéisme aurait d'ailleurs grimpé.

La présidente du syndicat local, Denyse Joseph, dit pour sa part assister à "un changement de culture total" du côté de l'employeur, qu'elle juge fermé au dialogue.

"On nous arrive avec les faits accomplis", dénonce-t-elle.


Abonnez-vous à notre page sur Facebook
Suivez-nous sur Twitter

INOLTRE SU HUFFPOST

Les citations politiques de l'année 2016