NOUVELLES

Des élèves recréent (pour vraiment pas cher) le médicament dont le prix avait bondi de 5000%

01/12/2016 12:37 EST | Actualisé 01/12/2016 12:45 EST
GETTY IMAGES/SCIENCE PHOTO LIBRARY RF

Un groupe d'élèves australiens du secondaire doté d'un budget très limité est parvenu à recréer le principe actif du médicament dont le prix avait augmenté de 5000% en 2015, suscitant une vague d'indignation mondiale.

L'ex-PDG de Turing Pharmaceutical, Martin Shkreli, ancien patron d'un fonds d'investissement spéculatif, avait en septembre 2015 été surnommé l'homme le plus détesté des Etats-Unis pour avoir fait passer le prix d'un comprimé de Daraprim de 13,50 dollars à 750 dollars du jour au lendemain. Il avait expliqué auparavant qu'au prix initial, le Daraprim, commercialisé depuis 62 ans, n'était pas rentable. Sa société avait peu avant racheté les droits de ce médicament.

Des élèves d'une école de Sydney ont décidé de dénoncer à leur façon ce scandale en recréant la pyriméthamine, principe actif du Daraprim, un antiparasitique, utile dans le traitement du paludisme.

Avec 20 dollars, créer des quantités d'une valeur de plusieurs milliers

James Wood, l'un des étudiants, a dit que ses camarades et lui étaient parvenus, à partir de 20 dollars de médicaments, à recréer des quantités d'une valeur de plusieurs milliers de dollars. "Nous pensons que cela en dit beaucoup sur la nature de l'industrie pharmaceutique", a-t-il dit au Sydney Morning Herald. Alice Williamson, chimiste à l'Université de Sydney, a aidé les élèves à synthétiser le médicament. Ils "partageaient la colère du grand public", a-t-elle dit.

Turing Pharmaceuticals continue d'avoir l'exclusivité de la vente aux Etats-Unis de la seule forme du médicament approuvée par les autorités américaines. Le daraprime est bon marché dans la plupart des autres pays.

L'ancien PDG du laboratoire a réagi sur Twitter

Martin Shkreli, l'ex-PDG, n'a pas tardé à réagir dans un tweet ironique à l'attention d'une journaliste américaine travaillant à la chaîne de télé ABC qui se réjouissait de cette trouvaille en ces termes: "Bien joué les mecs! Des étudiants de Sidney montrent à Martin Shkreli qu'il a facturé 750 dollars un médicament contre le paludisme qu'il aurait pu vendre 2 euros." Paludisme?

Il a répondu: "lol qu'est-ce que cela démontre? Presque n'importe quelle drogue peut être faite à petite échelle à bas prix. Heureux de savoir que cette info ait pu vous faire tant de bien." Autrement dit, il considère que la différence de prix est liée au fait que ces étudiants n'ont pas eu à répercuter les coûts de la recherche et du développement, du marketing, de la communication, bref, de tout ce qui fait un laboratoire.

Le docteur Alice Williamson qui a conduit les travaux de ces élèves a répondu à Martin Shkreli dans les colonnes du Sunday Herald Tribune: "Tout le monde ne peut pas fabriquer ce médicament. Vous avez besoin d'entraînement, d'un laboratoire et d'un équipement". (...) Si tout le monde peut le faire à ce prix-là (2 dollars), cela démontre qu'il n'aurait jamais dû atteindre les 750 dollars pour une dose".