NOUVELLES

Interdiction de fumer à l'intérieur des appartements: la prochaine étape?

29/11/2016 06:59 EST | Actualisé 29/11/2016 07:00 EST
Hemera Technologies via Getty Images
Cigarette in ashtray

Avec les nouvelles normes entourant la Loi concernant la lutte contre le tabagisme, l'utilisation de la cigarette dans les lieux publics est de plus en plus réglementée. Ce n'est pas le cas toutefois des lieux privés, comme les appartements, où la fumée peut s'infiltrer d'un logement à l'autre.

Un texte de Édith Drouin en collaboration avec Émilie Talbot-Hamon

Même en faible quantité, l’exposition à la fumée secondaire comporte un risque, selon la Société canadienne du cancer.

Dans les immeubles d’appartements, la fumée peut s’infiltrer dans les logements par le biais du système de ventilation. Même les purificateurs d’air n’éliminent pas complètement les substances chimiques générées par la cigarette, explique un dépliant de l’organisme.

Presque tous en faveur d’une réglementation

À Rimouski, la majorité des personnes interrogées par Radio-Canada, même des fumeurs, se disent en faveur de l’interdiction de la cigarette dans les condominiums et les appartements.

«Je comprends complètement. Pas seulement par rapport à l'entourage; les meubles peuvent s'imprégner de l'odeur et pour les futurs locataires, ce n'est pas forcément agréable.» - Margot Angibaud, étudiante à l'UQAR, non-fumeuse

«Moi je pense qu'on ne peut pas empêcher les gens de faire ce qu'ils veulent quand ils sont chez eux, en fait. Je pars du principe que si c'est chez toi, si t'as envie de fumer chez toi, tu le fais.» - Ninon Gorget, étudiante à l'UQAR, fumeuse

« Même si je pouvais, je ne fume pas à l'intérieur. J'ai tout le temps pris l'habitude de fumer à l'extérieur. »

Tina Lapheng-Phratheng, étudiante à l'UQAR, fumeuse

« Moi j'ai grandi, mes grands-parents fumaient à l'intérieur. Je pense que j'ai juste décidé que je n'aimais pas cette ambiance-là et c'est l'odeur qui reste aussi partout. Nous, on va toujours fumer dehors, ça va de soi. » Fée-Ann Dufour, étudiante à l'UQAR, fumeuse

Une question de conscientisation

La cigarette n’est pas un problème dans les habitations à loyer modique de la région, selon le directeur du service à la clientèle de l’Office municipal d’habitation de Rimouski.

Il dit recevoir environ deux ou trois plaintes par année.

M. Bélanger explique que les logements sont conçus pour éviter que la fumée et les odeurs se propagent d’un logement à l’autre.

« En général, on n'a pas beaucoup de problématiques de ce côté-là. Quand on reçoit des plaintes, on essaie de les traiter au cas par cas, des fois juste un peu de conscientisation, ça fonctionne. » - Daniel Bélanger, directeur du service à la clientèle pour l'office municipal d'habitation de Rimouski

Une interdiction n’est pas nécessaire, selon lui, parce les interventions de l'organisation sont basées sur la prévention et parce qu’il y a de moins en moins de fumeurs.

Ce que dit la loi

Contrairement à la croyance populaire, un propriétaire est en droit d’interdire l’utilisation de la cigarette dans ses logements et d’en faire des immeubles sans fumée. Il doit alors ajouter une clause à cet effet sur le bail des nouveaux locataires.

Il est déjà illégal de fumer dans les espaces communs d’un immeuble d’appartements, comme la cage d’escalier et la buanderie.

Voir aussi:


Les principales interdictions de fumer au Québec en six dates


Abonnez-vous à notre page sur Facebook
Suivez-nous sur Twitter