DIVERTISSEMENT

«The Crown»: la série reine de Netflix

26/11/2016 06:26 EST
Netflix

Amateur ou non de la monarchie et de la famille royale britannique, un petit conseil: écoutez The Crown, une superbe et somptueuse série diffusée sur Netflix depuis le 4 novembre dernier et qui dévoile les dessous du pouvoir de la couronne britannique, mais aussi de la politique anglaise avec un Winston Churchill plus vrai que nature.

Le feuilleton fait déjà trembler les membres de la famille royale. Et il y a de quoi! Car The Crown nous invite derrière les portes closes pour dévoiler les petits secrets monarchiques: la relation douce-amère entre Elizabeth II et son mari le prince Philip, les amours de la princesse Margaret, l’abdication d’Edward VIII ou la lente mort du roi George VI, père d’Elizabeth.

C’est d’ailleurs à ce moment que s’amorce la série en 1947. On suit la fin de parcours de ce roi bègue qu’on avait appris à connaître dans The King’s Speech. Mais le souverain tousse, crache du sang et la mort rôde. Pendant ce temps, Elizabeth marie Philip Mountbatten, prince de Grèce et du Danemark. Le futur duc d’Édimbourg est à l’inverse de sa discrète femme: il aime sortir et s’enivrer, rechigne devant son rôle protocolaire.

Lors d’un voyage diplomatique au Kenya, George VI s’éteint brusquement et «Lilibet» devient en 1952 la monarque Elizabeth II, propulsée à seulement 25 ans à la tête du pays, de l’église d’Angleterre et du Commonwealth. Autre temps, autres mœurs, son accession au trône dans l’abbaye de Westminster est le premier retransmis en direct à la télévision.

Souveraine froide et distante

La série nous montre les coulisses de Buckingham et les premiers pas de la jeune Elisabeth qui doit apprendre à régner sans gouverner, à s’imposer tout en conservant la crédibilité et l’héritage de la famille royale mis à mal par son oncle Edward VIII, personnage controversé qui avait abandonné son titre de souverain après son union avec une divorcée américaine, et socialiste de surcroit, Wallis Simpson.

La reine doit également tenir tête au monstre Winston Churchill, fatigué, mais toujours aussi hargneux, et gérer le cas de sa sœur Margaret, princesse rebelle qui renoncera à ses privilèges au nom de l’amour. Autant de tâches titanesques pour une fille qui n’était pas destinée à porter la lourde couronne.

Bref, le menu est riche et copieux, toutefois le scénariste Peter Morgan, à qui l’on doit le script de The Queen, s’est concentré sur l’essentiel, sur les grands moments de l’histoire de la royauté, ses hauts comme ses bas. Le scénario est tout en subtilité, la mise en scène du réalisateur Stephen Daldry (The Hours) frise parfois le génie. Tout est somptueux, jamais appuyé.

Au final, The Crown est un bijou qui nous permet non seulement de comprendre les motivations de la royauté, sa relation avec le parlement britannique, sa crainte de perdre le pouvoir et sa crédibilité, mais aussi de réaliser toute la fonction, parfois ingrate, d’une monarchie anglaise vouée corps et âme au symbole et à la représentation.

Une inconnue, Claire Foy incarne à la perfection la jeune Elizabeth. Humaine et fragile dans sa jeunesse, elle se transforme littéralement sous nos yeux pour devenir cette souveraine plus froide et distante. Même le visage de l’actrice se modifie pour montrer la difficulté de régner, de devoir prendre des décisions souvent crève-cœurs, mais nécessaires pour la survie de la maison de Windsor.

Tous les autres comédiens sont parfaits. Levons toutefois notre chapeau à l’acteur américain John Lithgow qui incarne un Winston Churchill vieillissant absolument délirant. Il prend les traits de ce premier ministre, idole imparfaite de son peuple, qui va lentement glisser vers la maladie et la paranoïa. Probablement la meilleure performance de sa carrière.

Netflix n’a pas lésiné sur les moyens pour la production de cette série originale 100 % british puisque les dix épisodes ont coûté la modique somme de 130 millions dollars. Six autres saisons devraient suivre. En attendant, le tournage des épisodes post-Churchill se déroule présentement à Londres. On nous promet encore beaucoup de suspense et d’intrigues. Oh dear, on en salive d’avance.

The Crown – Netflix – drame historique – Première saison – Dix épisodes – Disponible depuis le 4 novembre 2016.

INOLTRE SU HUFFPOST

10 séries américaines à ne pas manquer cet automne