POLITIQUE

L'industrie américaine du bois d'oeuvre entamera des recours judiciaires

24/11/2016 07:01 EST | Actualisé 24/11/2016 07:01 EST

Après un peu plus de dix ans de paix commerciale, la guerre entre les États-Unis et le Canada dans le dossier du bois d'oeuvre semble sur le point de reprendre.

Dans une déclaration écrite transmise en début de soirée, jeudi, le bureau de la ministre fédérale du Commerce international, Chrystia Freeland, a confirmé les rumeurs qui circulaient.

"Comme on s'y attendait depuis l'expiration du moratoire sur le bois d'oeuvre il y a un mois, il semblerait que la coalition américaine sur le bois d'?uvre a l'intention de présenter, vendredi, une requête auprès du département du Commerce des États-Unis réclamant une enquête."

Le Canada est "prêt à toute éventualité", et le gouvernement fédéral "défendra avec vigueur les intérêts des travailleurs et des producteurs canadiens" du secteur du bois d'oeuvre résineux, a indiqué le bureau de Mme Freeland.

lumber

Il faut garder en tête que dans le passé, "nos travailleurs et producteurs de bois n'ont jamais été en faute" et que "les organismes internationaux se sont toujours rangés du côté de notre industrie", a signalé le cabinet de la ministre.

La période de grâce d'un an que s'étaient accordée les deux parties après l'expiration de l'accord canado-américain sur le bois d'oeuvre a pris fin le 12 octobre dernier, ouvrant la porte à l'imposition de tarifs douaniers sur les produits canadiens par les autorités américaines.

Les négociations se sont poursuivies en marge du sommet de la Coopération économique de la zone Asie-Pacifique (APEC) qui se tenait la semaine dernière à Lima, au Pérou.

Pendant la période de questions en Chambre, jeudi, la ministre Freeland a affirmé qu'elle avait rencontré son vis-à-vis américain, Michael Froman, et que le premier ministre Justin Trudeau avait également soulevé la question auprès du président Barack Obama.

Mais force est de reconnaître qu'à l'heure actuelle, "l'industrie américaine n'est pas au rendez-vous" et que "le climat protectionniste aux États-Unis complique toute négociation commerciale, y compris celle-ci", a souligné le bureau de Chrystia Freeland.

Abonnez-vous à notre page sur Facebook
Suivez-nous sur Twitter