NOUVELLES

Des vaccins périmés ont été administrés à Trois-Rivières

24/11/2016 08:25 EST | Actualisé 24/11/2016 08:25 EST
vaccines

Une trentaine de membres du personnel de l'hôpital de Trois-Rivières ont reçu un vaccin pour la grippe périmé. Une succession d'erreurs dans le processus d'entreposage lors d'une activité de vaccination serait à l'origine de cet incident.

Les vaccins ont été entreposés au mauvais endroit, ce qui fait que les infirmières responsables de les récupérer ont pris les mauvais par mégarde samedi dernier.

Ces autres vaccins, qui dataient de l'année dernière, auraient toutefois dû être détruits ou retournés au ministère de la Santé.

Le Centre intégré universitaire de santé et de services sociaux de la Mauricie-et-du-Centre-du-Québec (CIUSS MCQ) affirme que l'erreur a été détectée rapidement et qu'il n'y a aucun risque pour la santé lié au fait d'avoir reçu un vaccin périmé.

Toutes les personnes concernées ont été contactées et pourront recevoir le bon vaccin si elles le désirent.

Examen de conscience

Le CIUSSS tente de comprendre ce qui a pu se produire. L'organisation compte revoir les normes d'entreposage.

« L'erreur est humaine, mais nous à chaque fois qu'il arrive un incident comme ça, il y a toujours une révision des processus », affirme la directrice adjointe en santé communautaire à la direction de la santé publique en Mauricie et au Centre-du-Québec, Chantal Raymond. Le CIUSSS dit que c'est la première fois que cela arrive et que c'est un cas isolé.

Madame Raymond est convaincue que ce genre d'imbroglio ne se reproduira plus. Elle est même surprise qu'un tel incident soit survenu, puisqu'il y a des normes très précises en place.

Désorganisation dans le réseau

Le Syndicat québécois des employés de service déplore cet incident qu'il attribue à une désorganisation du réseau de la santé depuis la réforme du ministre de la Santé du Québec, Gaétan Barrette.

Le président de la section locale, Luc Charpentier, affirme que les erreurs se multiplient depuis la fusion des anciens CSSS.

« Je pense que c'est simplement la faute du Dr Barrette [...], avec les grosses fusions, ils ne sont plus capables de bien gérer tout ça », lance le représentant syndical.

D'après les informations d'Amélie Desmarais.


VOIR AUSSI:


Abonnez-vous à notre page sur Facebook
Suivez-nous sur Twitter