POLITIQUE

Justin Trudeau a rompu ses promesses «l'une après l'autre», dit Thomas Mulcair

29/10/2016 02:17 EDT | Actualisé 29/10/2016 02:19 EDT

Même s'il ne lui reste qu'un an à la tête du Nouveau Parti démocratique (NPD), Thomas Mulcair s'est montré combatif lors du discours qu'il a prononcé au congrès de la section québécoise du parti, accusant les libéraux d'avoir rompu "une promesse après l'autre".

Devant les délégués néo-démocrates réunis samedi dans le centre-ville de Montréal, M. Mulcair a énuméré toutes les promesses qu'a brisées, selon lui, le gouvernement Trudeau et tenté de démontrer que le NPD est la seule voix progressiste à Ottawa.

Le chef sortant critique notamment Justin Trudeau pour ne pas avoir rétabli la livraison du courrier à domicile et pour avoir reculé sur son intention de réformer le système électoral.

Il n'a pas mâché ses mots quant aux ministres du gouvernement libéral, dont le ministre des Finances "multimilliardaire" Bill Morneau et le ministre du Développement économique, Navdeep Bains, à qui il reproche de dire des "sottises" sur le dossier de Bombardier.

M. Mulcair a même qualifié les 40 députés libéraux québécois de "pantins".

En mêlée de presse après son discours, Thomas Mulcair a réitéré qu'il avait l'intention de rester chef jusqu'à ce que le parti lui choisisse un successeur en octobre 2017. Il a expliqué que son rôle consistait en ce moment à mettre en ordre le NPD et à défendre ses idées pour que le parti soit en bonne posture lorsqu'il passera le flambeau.

Mis à part les députés québécois, les députés Peter Julian et Charlie Angus, qui sont pressentis pour se présenter dans la course à la direction, étaient présents à Montréal. La jeune députée manitobaine Niki Ashton, qui pourrait elle aussi se lancer, s'était adressée à l'aile jeunesse du NPD lors de son congrès annuel, qui se tenait vendredi à l'Université McGill.

Abonnez-vous à notre page sur Facebook
Suivez-nous sur Twitter

INOLTRE SU HUFFPOST

Justin Trudeau à la Fierté gaie de Toronto 2016