POLITIQUE

Outrage au tribunal : Jean-François Morasse ne regrette rien

27/10/2016 01:47 EDT

OTTAWA – Jean-François Morasse ne regrette pas d’avoir traîné sa cause contre le leader étudiant Gabriel Nadeau-Dubois jusqu’en Cour suprême du Canada, même si ce dernier a obtenu gain de cause.

Après une saga judiciaire de plus de quatre ans, l’ancien étudiant de l’Université Laval dit qu’il accepte et respecte le jugement rendu jeudi, mais qu’il recommencerait tout si c’était à refaire.

jean francois morasse

LIRE AUSSI : Gabriel Nadeau-Dubois acquitté en Cour suprême

Il ne se considère pas pour autant comme un leader étudiant des « carrés verts » dans la grève étudiante de 2012.

« Moi, je me considère comme quelqu’un qui voulait juste étudier à l’école, qui voulait assister à ses cours, qui voulait terminer son bac et qui a eu la malchance de tomber dans une année qui ne voulait pas étudier », a expliqué Morasse.

« Je ne suis pas extraordinaire. J’ai eu une opportunité et je l’ai saisie, mais je ne suis pas un leader. Je ne suis pas quelqu’un qui avait planifié ça. Je suis peut-être plus le porte-parole de plusieurs personnes qui ont cru en moi. »

Morasse avait obtenu une injonction pour assister ses cours à l’Université Laval. Il a poursuivi le porte-parole de la CLASSE en 2012, sous prétexte que Nadeau-Dubois avait lancé un appel à la désobéissance civile sur les ondes de RDI.

« Je ne lui en veux pas personnellement, explique Morasse en entrevue. La raison pour laquelle je voulais aller à l’école est la raison pour laquelle lui ne voulait pas que les gens aillent à l’école : pour exprimer leurs droits. Je ne lui en veux pas, c’est quelque chose qui nous dépasse l’un et l’autre, je crois. »

Cette cause opposant les « carrés rouges » et « carrés verts » a divisé la population, après la plus longue grève étudiante de l’histoire du Québec. Morasse ne croit toutefois pas qu’il faut voir la décision de la Cour suprême comme une façon de légitimer les actes survenus en 2012.

« Cette décision, aujourd’hui, ce n’est pas une décision qui vient légitimer les grèves étudiantes ou qui vient donner le droit de bloquer l’accès aux cours, au contraire. »

INOLTRE SU HUFFPOST

Grève étudiante: la manifestation «casseroles»