POLITIQUE

Oubliez le tramway, « ce sera un SRB », tranche Labeaume

25/10/2016 06:08 EDT | Actualisé 25/10/2016 06:08 EDT

Régis Labeaume a rapidement tué dans l'œuf tout nouvel espoir de voir l'aménagement d'un tramway à Québec. Bien que le ministre responsable de la Capitale-Nationale, François Blais a évoqué cette idée, le maire de Québec s'est montré inflexible : « Je vous dis que ce sera un SRB et rien d'autre. »

« C'est le gouvernement qui nous a demandé de laisser tomber le tramway parce que c'était trop cher, alors à Québec ce sera un SRB, point à la ligne », a lancé Régis Labeaume à la suite d'une conférence de presse, mardi matin.

Le ministre responsable de la Capitale-Nationale a confié au Journal de Québec que là « où va passer le SRB, c'est un fond de terrain en béton suffisamment profond, à ce qu'on me dit, pour accueillir un tramway. »

Bombardé de questions à savoir d'où venait cet intérêt renouvelé du ministre pour le tramway et s'il avait eu des discussions avec le ministre Blais à ce sujet, Régis Labeaume s'est fait avare de commentaires. « Allez lui poser la question », a-t-il dit, ajoutant avoir échangé quelques textos avec le principal intéressé plus tôt en matinée.

« Vous comprenez qu'on est intrigué? », a lancé un journaliste au maire. « Et moi donc! », a répliqué Régis Labeaume.

labeaume

Le premier ministre [Philippe Couillard], c'est très clair dans sa tête [que ce sera un SRB]. J'en ai longuement discuté avec lui, plusieurs fois. C'est le projet qu'il soumet au gouvernement fédéral pour les investissements du fédéral qui viendront, alors ce sera un SRB. - Régis Labeaume, maire de Québec

Laurent Lessard écarte le tramway

Le ministre des Transports, Laurent Lessard, n'a pas mis beaucoup de temps à écarter l'idée d'un tramway à Québec, contredisant par le fait même son propre collègue responsable de la Capitale-Nationale.

Laurent Lessard rappelle que son gouvernement s'est déjà engagé envers Québec et Lévis à faire progresser le projet de SRB.

On veut enlever des infrastructures du chemin plutôt que d'en ajouter. - Laurent Lessard, ministre des Transports

« On a mis un bureau de projet sur pied et on le finance, donc l'option qui est sur la table, qui est étudiée et analysée par le maire de Québec et le maire de Lévis, c'est de faire le maximum avec un service rapide par bus », a ajouté le ministre.

L'opposition se range derrière Labeaume

Interrogée sur la sortie de François Blais, la députée péquiste Agnès Maltais a indiqué que pour elle, le projet de tramway n'était pas mort et enterré, mais qu'il faut d'abord respecter la volonté des villes en matière de transport.

« C'est important, c'est fondamental de faire le SRB rapidement et peut-être que ça peut facilement se transformer ensuite en tramway », a-t-elle dit.

Quant au député caquiste Éric Caire, il soutient que les propos du ministre de la Capitale-Nationale ne visent qu'à détourner l'attention de la population de Québec d'autres enjeux.

« Pendant ce temps-là, les vrais dossiers qui préoccupent les gens de Québec, c'est-à-dire le troisième lien, l'autoroute laurentienne, la capitale, la tête des ponts, on n'en entend plus parler », a-t-il critiqué.

François Blais précise sa pensée

Sans s'adresser directement aux médias, François Blais a tenu à préciser sa pensée mardi en fin de journée, dans une déclaration transmise par son attaché de presse.

« Si mes propos ont pu laisser entendre que j'ouvrais la pprte au projet de tramway, ce n'était pas mon intention. Pour moi, il n'y a qu'un projet sur lequel on s'est tous entendu, c'est le SRB. »

Un projet mis de côté dès 2014

En septembre 2014, le ministre responsable de la Capitale-Nationale, qui était alors Sam Hamad, avait clairement dit qu'un tramway coûterait trop cher à implanter à Québec et que le gouvernement provincial n'en avait pas les moyens.

Régis Labeaume ne s'était pas montré surpris et avait immédiatement avancé que son administration planchait sur d'autres hypothèses.

En mars dernier, le gouvernement du Québec a débloqué les 12,5 millions de dollars nécessaires pour lancer le bureau de projet du SRB, un réseau de voies réservées aux autobus qui soit se déployer sur 38 kilomètres entre Québec et Lévis.

Si le projet devait prendre 10 ans pour être complété, jusqu'à 60 % du parcours pourrait être en fonction dès 2022.

INOLTRE SU HUFFPOST

Quelques bourdes du gouvernement Couillard