POLITIQUE

Soins en santé : le Québec devrait s'inspirer des rapports de qualité en Allemagne, selon l'IEDM

20/10/2016 11:03 EDT | Actualisé 20/10/2016 11:10 EDT

Alors que le débat sur les transferts en santé se poursuit entre Ottawa et les provinces, l’Institut économique de Montréal (IEDM) suggère qu’on devrait pouvoir choisir son hôpital comme un choisit un hôtel sur les sites comme Trip Advisor.

Le Québec aurait tout intérêt à s’inspirer de l’Allemagne pour améliorer la qualité des services en santé offerts à la population, selon la plus récente Note économique publiée par IEDM jeudi.

Depuis 2005, le gouvernement allemand exige que tous les hôpitaux du pays produisent des rapports de qualité biannuels qui permettent aux patients de comparer les services reçus selon différents critères, comme le type de traitement donné, le taux de complication ou encore les infractions commises.

« Avec cette base de données, le patient peut non seulement comparer l’expertise des différents hôpitaux mais savoir aussi si, dans la prestation des services, un hôpital se situe au-dessus, dans ou sous la moyenne par rapport à d’autres hôpitaux de sa région et de partout au pays », explique l’économiste allemand Frederik Roeder, qui a mené cette étude.

Ce système d’indicateurs de performance inciterait les hôpitaux à rehausser leur niveau de qualité et à améliorer leurs résultats, puisque le financement suit le patient et a donc un impact direct sur leurs revenus.

Youri Chassin, directeur de la recherche à l’IEDM et collaborateur de l’étude, suggère que Québec emboîte le pas, alors que le gouvernement Couillard projette d’implanter la méthode de financement à l’activité dans l’ensemble du réseau.

« Le Québec ferait un pas de géant en matière d’amélioration des soins de santé s’il implantait un système d’information sur la qualité des soins. Tout le monde en sortirait gagnant : patients, hôpitaux et médecins », fait-il valoir.

L’avenir est-il donc à la sélection des hôpitaux à la carte?

INOLTRE SU HUFFPOST

Quelques statistiques sur la santé des Canadiens