NOUVELLES

Soraya Riffy, la femme embrassée sur le sein sans son consentement, défend le chroniqueur Jean-Michel Maire

17/10/2016 10:00 EDT | Actualisé 17/10/2016 10:02 EDT

"C'est un homme très respectueux et super adorable". Sur les réseaux sociaux, Soraya Riffy est revenue à plusieurs reprises sur la polémique de cette fin de semaine.

Et elle défend celui que l'on accuse d'agression sexuelle.

Jeudi 13 octobre lors de l'émission française "Touche pas à mon poste", Jean-Michel Maire a embrassé la jeune femme sur la poitrine, malgré son refus de l'embrasser sur la bouche dans un premier temps.

Cette séquence a entraîné plusieurs centaines de signalements auprès du Conseil supérieur de l'audiovisuel (CSA). Le collectif Osez le Féminisme! a saisi les Sages, tout comme la ministre des Droits des femmes, Laurence Rossignol.

La réponse de la danseuse

Face à la polémique, la principale intéressée a répondu une première fois sur Facebook vendredi en publiant un selfie aux côtés du chroniqueur.

"Arrêtez de l'accabler, cet homme est un homme très respectueux et ne mérite aucune sanction malgré ses pulsions masculines", écrit celle qui jouait une fausse Kim Kardashian lorsqu'elle a été embrassée sur le sein sans son consentement.

Même si elle dit "stop à cette polémique", la danseuse orientale continue de partager les articles qui parlent de ce sujet sur ses réseaux sociaux.

Dimanche, Soraya Riffy a également demandé à revenir sur le plateau de TPMP pour "faire part aux téléspectateurs et au CSA de (son) ressenti et de (sa) pensée".

Cyril Hanouna est déjà revenu sur le geste "regrettable" de son chroniqueur, alors rien ne dit que l'animateur et producteur souhaite parler à nouveau de l'affaire qui pèse sur l'image de son programme.

Malgré les nombreux signalements de "TPMP" au CSA et les précédents blâmes reçus, il n'est pas certain que le conseil sanctionne l'émission.

VOIR AUSSI:

9 photos troublantes qui capturent la violence des agressions sexuelles

Abonnez-vous à notre page HuffPost Québec Divertissement
Suivez-nous sur Twitter