BIEN-ÊTRE

Antibiotiques : risques d'effets secondaires permanents (VIDÉO)

06/10/2016 07:26 EDT | Actualisé 06/10/2016 10:42 EDT

Trois millions de Canadiens reçoivent chaque année une ordonnance pour des antibiotiques de la famille des fluoroquinolones, mieux connus sous les noms de Cipro, d'Avelox et de Levaquin. Or ces patients ne savent peut-être pas que ces puissants médicaments comporteraient des risques d'effets secondaires graves et potentiellement permanents.

Un texte de Caroline Lacroix

Aux États-Unis, les autorités médicales recommandent désormais de les prescrire en dernier recours seulement, lorsqu'il s'agit d'infections mineures. Au Canada, Santé Canada amorce une évaluation des risques, a appris Radio-Canada.

En juin 2015, la vie d'Eric Elliott a basculé. À l'urgence, on lui a prescrit de la ciproflaxine pour prévenir une infection. En quelques jours, son état de santé s'est dégradé au point où un médecin de l'urgence lui a recommandé de cesser le médicament après avoir diagnostiqué une réaction allergique sévère.

Quelques semaines plus tard, d'étranges symptômes ont continué à se manifester. L'homme de 46 ans a perdu beaucoup de poids, ses muscles ont faibli et il a subi brusquement une rupture de tendon. « J'ai senti mon biceps lâcher, ç'a fait comme un spring! », raconte-t-il.

Aujourd'hui, c'est sur son bras droit qu'il porte la marque la plus importance de ses souffrances : une longue cicatrice, résultat d'une greffe subie après la rupture de son tendon.

Dix-sept mois plus tard, son quotidien est fait de douleurs articulaires chroniques, de fatigue, d'insomnie, de dépression. Incapable de travailler, il a même dû abandonner son métier de grutier.

En faisant des recherches sur Internet, il a découvert que tous ses maux pourraient être des effets secondaires du médicament pris pendant 10 jours seulement.

Avertissement des autorités médicales américaines

Aux États-Unis, la Food and Drug Administration (FDA) a publié une mise en garde contre ces médicaments en juillet dernier. Les antibiotiques de la famille des fluoroquinolones peuvent causer des effets secondaires graves et potentiellement permanents au niveau des tendons, des muscles, des articulations, des nerfs et du système nerveux.

Ces effets secondaires peuvent survenir dans les jours ou les semaines suivant la prise du médicament. En fait, selon les autorités médicales américaines, les risques dépassent généralement les bénéfices recherchés quand l'antibiotique est utilisé pour combattre une infection mineure, comme une sinusite, une bronchite aiguë ou une simple infection urinaire.

La FDA est formelle : dans ces cas, les fluoroquinolones devraient être administrées en dernier recours.

Eric Elliott craint de souffrir de la sorte pour le reste de ses jours et ne comprend pas pourquoi ces médicaments sont aussi couramment prescrits au Canada. « C'est du poison, c'est un vrai poison qui peut nous détruire comme ça. C'est incroyable! Si quelqu'un te donne ça, ne prends jamais ça! » s'exclame-t-il.

Un problème non négligeable

Le Dr Richard Marchand, infectiologue et microbiologiste, n'est pas surpris de ce qu'on lui raconte à propos d'Eric Elliott.

« Vous allez avoir des gens qui vont avoir des effets désastreux avec ces antibiotiques-là. Par rapport au nombre, ça paraît infime, mais dans la réalité, ce n'est pas négligeable », dit-il.

Il affirme que les antibiotiques sont prescrits beaucoup trop souvent, alors qu'ils ne sont pas nécessaires. « Les antibiotiques, il faut les utiliser [seulement] quand c'est nécessaire, pour minimiser les effets secondaires dangereux, dont les ruptures de tendon, les transformations en maladies chroniques, les problèmes neurologiques », ajoute-t-il.

Le microbiologiste estime qu'il est primordial d'éduquer les médecins et les patients à ce sujet pour « ne pas exposer les gens à des risques inutiles ». Cela contribuerait également à ralentir l'apparition de la résistance aux antibiotiques.

Même son de cloche de la part du Dr Daniel Thirion, pharmacien au Centre universitaire de Santé McGill, qui insiste sur le fait que les fluoroquinolones sont « très importants dans l'arsenal thérapeutique », mais que leur usage devrait être révisé au Canada.

Se disant d'accord avec la position de la FDA, il ajoute que, pour les infections sans risque de complication ou les infections urinaires, « probablement qu'il devrait y avoir une alternative qui devrait être utilisée à la place des fluoroquinolones ».

Vers une évaluation de Santé Canada

Santé Canada a d'ailleurs entamé un examen en profondeur au sujet des fluoroquinolones, comme l'a fait la FDA en novembre 2015.

Un comité consultatif scientifique a été mis sur pied pour évaluer les risques et la pertinence de ces médicaments pour traiter certaines infections.

Questionnés à ce sujet, le Collège des médecins du Québec et l'Ordre des pharmaciens du Québec ont pris connaissance de la mise en garde de la FDA, mais s'en remettent aux recommandations de Santé Canada.

Dans une déclaration, Santé Canada affirme pour sa part avoir entamé « une évaluation de l'innocuité des fluoroquinolones afin de déterminer s'il y a des risques potentiels d'incapacité persistante avec leur usage ».

Nombre d'ordonnances de fluoroquinolones :

Au Canada : 3 millions par année

Au Québec : 472 000 par année

Sources : Santé Canada, RAMQ

Voir aussi:

7 astuces pour protéger sa maison contre les allergies

Abonnez-vous à notre page sur Facebook
Suivez-nous sur Twitter