DIVERTISSEMENT

Caroline Néron et Christiane Germain se joignent à «Dans l'œil du dragon» (VIDÉO)

05/10/2016 11:13 EDT

Danièle Henkel et Mitch Garber partis, ce sont deux «dragonnes», Caroline Néron et Christiane Germain, qui se joindront au groupe d’investisseurs de la sixième saison de Dans l’œil du dragon, au printemps prochain, à Radio-Canada.

On a annoncé l’arrivée de mesdames Néron et Germain mercredi, en conférence de presse téléphonique. Serge Beauchemin, Gilbert Rozon et Martin-Luc Archambault conservent tous leurs fauteuils.

Radio-Canada avait précisé, tôt mercredi matin, que l’annonce prévue à 11h concernait de nouvelles recrues féminines à Dans l’œil du dragon, ce qui a suscité la curiosité chez plusieurs. À preuve, même le chroniqueur économique du 98,5, Pierre-Yves McSween, était au bout du fil pour prendre part à la séance de questions-réponses. Les spéculations allaient également bon train sur les réseaux sociaux avant que l’identité des deux femmes soit dévoilée; les noms de Lise Watier et Isabelle Hudon, entre autres, ont circulé. Celui de Caroline Néron a aussi été fréquemment nommé, à juste titre.

Cofondatrice et coprésidente, avec son frère Jean-Yves Germain, de Groupe Germain Hôtels, entreprise familiale qui regroupe 13 établissements Hôtels Alt et Hôtels Le Germain à travers le Canada, Christiane Germain est en charge des opérations et du marketing de toutes les succursales de la bannière, dont on espère augmenter le nombre à 20 d’ici 2020.

Quant à Caroline Néron, ex-comédienne et chanteuse, le public a pu suivre l’essor de sa compagnie de bijoux et accessoires, mise sur pied en 2004 et devenue depuis une référence dans le domaine. Celle que plusieurs ont regardé de haut à ses commencements dans le milieu des affaires a posé une à une les briques de son rêve, avec pour résultat qu’en 2016, 12 ans plus tard, Caroline Néron tient vingt magasins à son nom au pays et une centaine de multimarques à travers le monde. À Toronto, on a déjà qualifié sa marchandise de «Victoria’s Secret of Jewellery». Maintenant, lunettes de soleil et sacs à main en cuir font aussi partie de sa collection.

«Je suis très heureuse d’avoir accepté ce nouveau défi, a lancé Christiane Germain. Veux, veux pas, c’est quand même un défi, pour moi. Je suis certaine qu’en compagnie de Caroline, on aura beaucoup de plaisir, et j’ai hâte de rencontrer les entrepreneurs qui vont se prêter au jeu des Dragons. Je parle de jeu, mais on va faire ça très sérieusement. L’entrepreneurship, c’est important, alors on va le traiter de façon importante et sérieuse.»

«Dans l’œil du dragon a contribué à emmener l’entrepreneurship un peu plus loin. Partout au Québec, on regarde l’entrepreneurship d’une façon différente, aujourd’hui, et je suis certaine que l’émission a contribué à ça», a ajouté Christiane Germain.

«C’est quelque chose en quoi je crois beaucoup, le partage des connaissances, rencontrer des jeunes entrepreneurs, pouvoir les encadrer. Je suis très fascinée par le monde entrepreneurial depuis des années. La relève est très inspirée par cette émission-là, on voit de plus en plus d’entrepreneurs», a renchéri Caroline Néron qui, encore récemment, ne prévoyait pas refaire de la télévision dans un avenir rapproché, toute engagée qu’elle est désormais dans son petit empire.

Refléter la société

Pour Radio-Canada et le producteur Attraction Images, puisque les départs de Danièle Henkel et Mitch Garber imposaient un re-brassage de cartes, il était important non seulement de diversifier les champs d’expertise des dragons en place à Dans l’œil du dragon, mais aussi d’assurer, davantage que dans le passé, un équilibre hommes-femmes chez ces mentors qui choisissent d’aider, ou pas, les concurrents qui se présentent devant eux.

«Il y a de plus en plus de femmes entrepreneures, a fait valoir Dominique Chaloult, directrice générale de la télévision de Radio-Canada. Si on veut refléter la société, au Québec comme ailleurs, c’était vraiment important qu’on aie plus de femmes dans le panel, des femmes crédibles qui mènent des carrières intéressantes.»

Christiane Germain et Caroline Néron disent avoir discuté au téléphone avec leurs collègues Serge Beauchemin, Gilbert Rozon et Martin-Luc Archambault, mais aucune rencontre n’a encore eu lieu. Dominique Chaloult a toutefois juré que les trois hommes sont «enchantés» de l’entrée en piste de leurs deux nouvelles partenaires. Celles-ci comptent-elles être très agressives dans leur approche devant la caméra?

«À certains moments, peut-être qu’on va jouer du coude, et à d’autres moments, peut-être qu’on va travailler ensemble, a laissé miroiter Christiane Germain. Le monde de l’entrepreneuriat est toujours rempli de surprises; on vous en réserve sûrement quelques-unes!»

Le tournage de Dans l’œil du dragon recommencera en février 2017 et, jusqu’au 9 décembre, l’équipe est en recrutement de candidats désireux de solliciter l’aide financière de ces hommes et femmes d’affaires-vedettes (plus de détails disponibles au www.Radio-Canada.ca/dragon).

L’aspect visuel de Dans l’œil du dragon sera légèrement modifié pour marquer l’arrivée des deux nouvelles mécènes, mais aucun autre changement majeur ne sera apporté à la formule lorsque celle-ci reprendra les ondes.

Rappelons que Danièle Henkel et Mitch Garber ont annoncé au printemps qu’ils quittaient Dans l’œil du dragon. Danièle Henkel était de l’aventure depuis ses débuts, en 2012, et y a passé cinq ans. Mitch Garber était devenu un «dragon» en 2015 et l’a été pendant deux ans.

Normand Legault (2012), Dany Vachon (2012), Alexandre Taillefer (2013, 2014, 2015), Gaétan Frigon (2012, 2013, 2014) et François Lambert (2012, 2013, 2014) ont tous contribué à épauler les entrepreneurs qui se sont risqués sur le plateau de Dans l’œil du dragon au fil des ans.

Serge Beauchemin y est pour sa part depuis 2013, Martin-Luc Archambault, depuis 2015, et Gilbert Rozon en sera à sa deuxième participation en 2017.

Dans l’œil du dragon est l’adaptation québécoise du format international Dragon’s Den.

INOLTRE SU HUFFPOST

10 séries américaines à ne pas manquer cet automne