NOUVELLES

Accusée d'avoir inventé une histoire de viol, Carole Thomas s'excuse à la police

04/10/2016 01:26 EDT | Actualisé 04/10/2016 01:26 EDT
Radio-Canada

Carole Thomas, qui avait accusé les policiers de négligence dans le traitement de sa plainte pour viol, a présenté par lettre ses excuses, mardi, au Service de police de Longueuil.

La Longueuilloise, qui est par ailleurs accusée d'avoir inventé l'histoire de l'agression dont elle affirmait avoir été victime en octobre 2014, reconnaît dans sa lettre que « rien ne [lui] permettait de conclure que l'enquête menée dans [son] dossier n'avait pas été effectuée selon les règles de l'art [...]. »

La Fraternité des policiers de Longueuil a à son tour publié une lettre en affirmant qu'elle acceptait ces excuses. Le syndicat a abandonné la poursuite intentée au civil contre Carole Thomas.

Des accusations de méfait et de fraude

La Longueuilloise comparaît néanmoins ce matin en Cour. Le ministère public l'accuse de :

  • méfait pour avoir fait commencer une enquête;
  • de fabrication et d'usage de faux documents;
  • fraude à l'endroit de la Direction de l'indemnisation des victimes d'actes criminels (IVAC).

Dans sa lettre adressée plus spécifiquement au sergent-détective David Lelièvre, Carole Thomas reconnaît avoir été « injuste » envers lui lors de ses interventions dans les médias, après le dépôt de sa plainte en février 2015.

«Je reconnais que ces propos allaient au-delà de la simple critique du travail policier et portaient atteinte à votre dignité.» - Carole Thomas, dans sa lettre à l'intention du policier David Lelièvre

La Fraternité des policiers de Longueuil affirme pour sa part dans sa lettre : « Aujourd'hui nous sommes heureux que cette histoire soit derrière nous ».

Le syndicat dit qu'il faut faire la différence entre une critique formulée contre un corps de police et des « affirmations diffamatoires sans réserve ».

Dans la foulée du meurtre de Jenique Dalcourt

Les allégations proférées par Carole Thomas et l'histoire de sa présumée agression avaient d'autant plus causé l'émoi qu'elles ramenaient en mémoire le triste sort connu par Jenique Dalcourt. Le corps de cette jeune femme avait été retrouvé sur une piste cyclable à Longueuil en octobre 2014. Aucune accusation criminelle n'a été portée dans cette affaire.

En dépit des doutes qui ont rapidement pesé sur le témoignage de Mme Thomas au sujet de son présumé viol, le Service de police de Longueuil a néanmoins dû examiner la manière dont il avait traité la plainte de la citoyenne.

En effet, non seulement les policiers n'avaient-ils pas donné suite à la plainte de Mme Thomas, mais ils avaient négligé, pendant des mois, de faire parvenir la trousse médico-légale au Laboratoire des sciences judiciaires, à des fins d'analyse.

Le ministère de la Sécurité publique a mené une enquête dans cette affaire; son rapport est demeuré confidentiel.

Abonnez-vous à notre page sur Facebook
Suivez-nous sur Twitter