POLITIQUE

PQ: Martine Ouellet déclarerait la guerre aux paradis fiscaux

28/09/2016 10:36 EDT | Actualisé 28/09/2016 10:36 EDT
Radio-Canada

Si élue à la tête du PQ puis première ministre, Martine Ouellet promet de s'attaquer aux entreprises qui utilisent les paradis fiscaux pour faire de l'évasion et de l'évitement fiscaux. La députée de Vachon entend utiliser tous les pouvoirs de l'État québécois pour renforcer les lois et règlements en cette matière.

En 2014, les entreprises canadiennes avaient placé 199 milliards de dollars dans les 10 principaux paradis fiscaux, selon Statistique Canada. « C'est aux gouvernements, appuyés par la société civile, de trouver les solutions pour mettre fin au drainage des revenus de l'État, poursuit Mme Ouellet. Le Québec doit jouer un rôle de chef de file dans le cadre des discussions et des initiatives internationales visant à endiguer le phénomène des paradis fiscaux. »

Mme Ouellet confierait à Revenu Québec la tâche de mettre sur pied un registre public des entreprises ayant recours aux paradis fiscaux. Ces entreprises seraient exclues des appels d'offres pour l'obtention de contrats gouvernementaux et de son bras financier la Caisse de dépôt et placement (CDPQ).

Un gouvernement dirigé par Mme Ouellet retirerait graduellement ses investissements et ceux de la CDPQ des fonds recourant aux paradis fiscaux pour être réinvestis dans des véhicules financiers respectant le pacte social.

« Chaque dollar d'impôt gagné avec des paradis fiscaux sur le dos de l'État par les grandes entreprises et les particuliers fortunés, c'est un dollar de moins pour les élèves et les malades », a déclaré Mme Ouellet par voie de communiqué.

Mme Ouellet estime qu'il faut cesser de s'en remettre à l'Agence du revenu du Canada (ARC) pour lutter contre l'évasion et l'évitement fiscaux en raison des compressions effectuées dans ses effectifs au cours des dernières années. Elle souligne qu'un Québec indépendant serait mieux outillé pour lutter contre ce fléau qui affaiblit les États au profit du secteur financier.

VOIR AUSSI:


Qui pourrait devenir chef du PQ

Abonnez-vous à notre page sur Facebook
Suivez-nous sur Twitter