DIVERTISSEMENT

Chute brutale de 25 % des ventes de musique numérique au Québec (VIDÉO)

23/09/2016 11:43 EDT | Actualisé 23/09/2016 11:43 EDT

Les dernières années nous ont habitués à des baisses constantes de ventes d'albums, autant pour les supports physiques que numériques. Ce recul a toutefois atteint des niveaux sans précédent cette année au Québec, atteignant plus de 25 %.

Ainsi, pour les huit premiers mois de l'année, les Québécois ont acheté 962 800 albums en format numérique, de toutes origines confondues, comparativement à 1 317 900 en 2015 pour la même période, un recul de 26,9 %.

Cette baisse est particulièrement frappante lorsqu'on constate que les ventes d'albums numériques ont crû de 1,4 % en 2015 par rapport à 2014, et de 0,6 % en 2014 par rapport à 2013.

Les ventes de chansons à la pièce ont pour leur part chuté de 68,4 %, alors qu'elles avaient connu une augmentation de 36,3 % de 2014 à 2015.

Les Québécois se ruent vers la musique en continu

Comme ailleurs dans le monde, les Québécois se tournent massivement vers l'écoute de la musique en continu, alors que près de 1 adulte sur 3 en était adepte en 2015, selon une enquête dévoilée par le CEFRIO.

spotify

La musique en ligne en lecture continue est accessible sur des services comme Spotify, Songza ou Apple Music, et elle rejoint aujourd'hui 31,7 % des adultes (contre 24,9 % en 2014).

Solange Drouin, de l'ADISQ, a lancé vendredi un cri d'alarme dans plusieurs quotidiens québécois, expliquant que la situation actuelle n'est plus tenable et mènera l'industrie de la musique à sa perte.

solange

«C'est l'ensemble des joueurs de l'industrie qui est touché. Spotify, YouTube et Pandora par exemple mettent à la disposition des gens des millions de chansons gratuitement ou à des prix dérisoires. Ces nouveaux services ont cannibalisé les ventes.» - Solange Drouin, directrice générale de l'ADISQ

Elle appelle d'ailleurs les gouvernements provincial et fédéral à agir dans ce dossier. L'ADISQ formulera des demandes précises jeudi prochain. L'ADISQ demande depuis longtemps que les fournisseurs d'accès Internet remettent des redevances aux producteurs et aux créateurs de musique.

Abonnez-vous à notre page HuffPost Québec Divertissement
Suivez-nous sur Twitter

INOLTRE SU HUFFPOST

Playlist d'automne: 6 albums québécois à surveiller