POLITIQUE

Jason Kenney fait ses adieux à Ottawa

22/09/2016 04:46 EDT | Actualisé 22/09/2016 04:46 EDT

Jason Kenney a prononcé un discours d'adieu vibrant et plein d'émotions à la Chambre des communes après près de 20 ans de service en tant que député.

L'ancien ministre et député fédéral conservateur se lancera en politique provinciale et tentera d'obtenir la chefferie du Parti progressiste-conservateur de l'Alberta.

Il a parlé avec un ton non partisan et a sollicité ses collègues d'occuper pleinement leur rôle en tant que représentants de l'État et de savourer leur temps dans les lieux sacrés de l'édifice du Parlement « le temple de notre démocratie », comme il l'a décrit.

« Quand je suis arrivé ici en 1997, j'avais 29 ans. En tant que nouveau député, j'étais rempli d'idéalisme, d'optimisme et d'espoir et j'avais la volonté de ne pas sacrifier mes convictions fondamentales. Je crois et j'espère qu'aujourd'hui, je suis rempli du même idéalisme et des mêmes convictions », a déclaré Jason Kenney.

Il a remercié ses électeurs et a évoqué des souvenirs de son grand-père, un membre permanent du Parti libéral, et un célèbre musicien, qui a inspiré son intérêt pour la politique.

Jason Kenney a passé environ la moitié de sa carrière en politique fédérale en tant que député au sein du gouvernement, et l'autre moitié du côté de l'opposition, des postes qui ont fait de lui le candidat idéal pour conseiller les membres des deux côtés de la Chambre.

Il a déclaré que les partis d'opposition devraient avoir plus de compréhension et de patience avec les membres du gouvernement et les députés libéraux devraient mieux accepter les questions difficiles de l'opposition.

Son amour pour le Canada

Il a également prononcé un discours passionné sur le Canada mettant à l'avant-plan ses valeurs patriotiques.

« Le Canada est composé de gens qui sont du mauvais côté de l'histoire », a déclaré M. Kenney, en énumérant les Premières Nations, les Canadiens français après la conquête britannique, les Acadiens, les loyalistes fuyant la guerre révolutionnaire américaine, les esclaves noirs, les immigrants écossais et irlandais, les réfugiés modernes syriens, les Irakiens et Iraniens homosexuels.

« Chacun d'entre eux sont des perdants de l'histoire, mais des gagnants en devenant Canadien », déclare-t-il.

jason kenney

Optimiste pour l'avenir

Jason Kenney mentionne qu'il quitte la politique fédérale, mais qu'il est encore optimiste quant à l'avenir de son parti. Il croit que le Parti conservateur peut se remettre de sa défaite cuisante d'octobre 2015.

« Le Parti conservateur a connu une élection difficile ces derniers mois, mais il a su revenir dans la course avec force et confiance grâce à la brillante direction de l'honorable chef de l'opposition, » a-t-il déclaré avec un clin d'œil à la chef par intérim Rona Ambrose.

Cette dernière a salué son travail acharné en déclarant qu'« il n'est pas exagéré de dire qu'il est considéré par nous tous, de ce côté de la Chambre, comme un aîné et un mentor, même s'il est encore assez jeune ».

Le 23 septembre sera le dernier jour de Jason Kenney sur la colline parlementaire. Il se concentrera par la suite sur la course à la chefferie du Parti progressiste-conservateur de l'Alberta.

Il espère unir les progressistes-conservateurs avec l'opposition de droite du Parti Wildrose pour renverser le gouvernement néo-démocrate de l'Alberta à la prochaine élection.

Abonnez-vous à notre page sur Facebook
Suivez-nous sur Twitter