NOUVELLES

Saint-Hyacinthe: les deux adolescents accusés de complot pour meurtre demeurent détenus

20/09/2016 01:27 EDT | Actualisé 20/09/2016 01:38 EDT

Deux adolescents accusés dans un présumé complot de meurtre et d'agression sexuelle visant des étudiants de leur école devront subir une évaluation psychiatrique.

Les deux jeunes, âgés de 16 et 14 ans, ont comparu en Chambre de la jeunesse de la Cour du Québec, mardi à Saint-Hyacinthe, et leur dossier a été reporté au 18 octobre prochain.

Ils font face à un total de 18 accusations, dont celles de complot pour meurtre, de complot pour commettre une agression sexuelle et divers chefs liés à des voies de fait et à des voies de fait armées.

L'acte d'accusation fait état de trois victimes potentielles.

On s'attendait à ce qu'une enquête sur remise en liberté provisoire soit fixée, mais la défense a plutôt accepté qu'une évaluation psychiatrique soit menée à l'Institut Pinel.

"Étant donné la gravité des accusations qui sont portées contre les deux individus, on veut vérifier le risque de dangerosité. C'est un outil qui va nous servir d'éclairage à savoir, du côté d'une remise en liberté, si c'est possible ou non", a expliqué l'avocat du plus vieux d'entre eux, Me Francis Savaria.

"Ça va nous permettre de lire plus profondément la preuve pour prendre une position dans le dossier", a pour sa part indiqué sa collègue en défense, Me Alex Lemay, qui représente le plus jeune des deux accusés, en faisant référence au report dans un mois.

La préparation de la défense pourrait d'ailleurs se compliquer puisque la Couronne n'écarte pas le dépôt d'accusations additionnelles.

"C'est ce qu'on nous a mentionné; on n'a pas eu plus d'informations. On n'a pas eu la preuve en tant que telle", a précisé Me Savaria, disant s'attendre à ce que le dossier leur soit présenté dans les prochains jours.

Les deux adolescents, qui ont été appréhendés la semaine dernière après que la mère de l'un d'eux eut pris connaissance de leurs intentions sur le réseau social Facebook, demeureront incarcérés entre-temps.

Abonnez-vous à notre page sur Facebook
Suivez-nous sur Twitter