POLITIQUE

Charkaoui intervient dans la course et marque une préférence pour Cloutier (VIDÉO)

20/09/2016 04:26 EDT | Actualisé 20/09/2016 06:51 EDT

Le prédicateur controversé Adil Charkaoui a salué, mardi, la modération du candidat à la direction du Parti québécois Alexandre Cloutier, tout en critiquant son manque de leadership.

Dans une vidéo sur les réseaux sociaux, M. Charkaoui, porte-parole du Collectif québécois contre l'islamophobie, a commenté la course péquiste pour la première fois.

La semaine dernière, le candidat Jean-François Lisée avait déclaré sur les réseaux sociaux que M. Charkaoui appuyait M. Cloutier, des propos qu'il a ensuite retirés pour des raisons de sécurité.

Mardi, M. Charkaoui a affirmé dans son message que le Collectif n'a pas appuyé M. Cloutier, dont il a toutefois souligné les propositions d'ouverture aux immigrants et aux musulmans.

Selon lui, M. Cloutier s'est montré favorable à leur intégration dans la fonction publique et s'est dissocié de la "charte islamophobe" du précédent gouvernement de la première ministre Pauline Marois.

M. Charkaoui a d'autre part accusé M. Lisée de "malhonnêteté intellectuelle" et d'avoir instrumentalisé l'islamophobie dans la course.

Dans sa vidéo de moins de cinq minutes, M. Charkaoui marque une préférence pour les propositions de M. Cloutier.

"Il nous apparaît clairement qu'Alexandre Cloutier demeure la voix la plus modérée au sein du Parti québécois, a-t-il dit. Et, surtout, il comporte au sein de son équipe bon nombre de conseillers maghrébins et musulmans, ce qui est à son honneur."

Depuis vendredi dernier, M. Cloutier a nié tout lien entre M. Charkaoui et lui.

Plus tôt, mardi, M. Lisée a reconnu qu'il aurait dû se limiter à souligner, la semaine dernière, que M. Charkaoui "a dit du bien" des positions sur la laïcité de M. Cloutier.

M. Lisée a déclaré qu'il n'aurait pas dû utiliser le mot "appui" pour décrire cette situation, ce qui l'a mené la semaine dernière à retirer ses propos sur les réseaux sociaux.

Lors d'une conférence de presse où il a présenté de nouveaux appuis à sa campagne, M. Lisée a affirmé qu'il avait démontré son côté "bagarreur" lorsqu'il a transmis un message associant M. Charkaoui à la campagne de M. Cloutier.

D'ici au vote des militants pour le choix du prochain chef du PQ, et ensuite s'il est élu, M. Lisée s'est engagé à surtout mettre son côté "rassembleur" de l'avant.

Samedi dernier, M. Cloutier a annoncé qu'il avait avisé la Sûreté du Québec en raison des messages menaçants reçus à la suite de l'association faite par M. Lisée avec M. Charkaoui.

Aux journalistes, M. Lisée a fait référence aux divers sens du mot "appui" pour expliquer son message sur les réseaux sociaux, qu'il a ensuite retiré pour des raisons de sécurité.

"J'ai compris que c'est un sens général où ce n'est pas un appui, a-t-il dit. Mais il a dit du bien de. Si c'était à refaire je dirais: 'il a dit du bien de'. Si c'était à refaire, je pense qu'on ne referait pas la journée, de part et d'autre."

M. Lisée a estimé que ses nouveaux appuis, qui portent à cinq le nombre de députés dans son équipe, placent son organisation à égalité avec celle de M. Cloutier et les 13 députés dans son groupe.

INOLTRE SU HUFFPOST

Qui pourrait devenir chef du PQ