POLITIQUE

Cloutier demande des excuses à Lisée pour l'avoir lié à Charkaoui

17/09/2016 10:44 EDT | Actualisé 17/09/2016 10:44 EDT

La relation déjà tendue entre les candidats à la direction du Parti québécois Alexandre Cloutier et Jean-François Lisée s'est envenimée, en raison de commentaires qu'a faits ce dernier sur sa page Facebook hier. Alexandre Cloutier réclame maintenant des excuses à son adversaire, qui a insinué que l'imam controversé Adil Charkaoui lui avait donné son « appui public ».

Jean-François Lisée répliquait aux critiques de la députée Agnès Maltais, une partisane affirmée de Cloutier, qui lui reprochait de tenter de faire peur aux Québécois en voulant rouvrir le débat sur le port du niqab et de la burqa en public.

« Toute une offensive de l'équipe Cloutier contre moi. [...] Mais Adil Charkaoui appuyant publiquement Alex, c'était prévu? », a écrit en fin de journée, vendredi, Jean-François Lisée sur son compte Facebook.

M. Lisée faisait référence à un autre message publié sur Facebook, par le Collectif québécois contre l'islamophobie, que dirige Adil Charkaoui, en lien avec le débat sur la laïcité dans la course à la direction du PQ. Mercredi, le collectif avait affirmé : « Cloutier plaide pour l'ouverture et le renouveau alors que Lisée s'enfonce dans un débat identitaire et dans l'héritage de la charte islamophobe de Drainville. »

Adil Charkaoui lui-même nie tout appui de sa part au député de Lac-Saint-Jean.

L'organisation d'Alexandre Cloutier exige de Jean-François Lisée qu'il « retire ses propos et présente ses excuses ».

« M. Cloutier n'a jamais été en contact, de près ou de loin, avec M. Charkaoui et n'a jamais reçu son appui, a-t-elle dit par voie de communiqué. Toute insinuation à cet effet est inacceptable de la part d'un candidat à la direction d'une grande formation politique comme le Parti québécois. »

Par ailleurs, sur les réseaux sociaux, certains des partisans d'Alexandre Cloutier ont également fait part de leur désapprobation devant les propos de M. Lisée.

On ignore si Jean-François Lisée acceptera de s'excuser. Il a toutefois reformulé ses propos.

« Je vois que certains prennent cette publication au premier degré. Oui, Charkaoui a dit du bien d'Alexandre. Mais il s'agit de fleurs qu'Alexandre n'a ni souhaitées ni sollicitées, bien évidemment. »

Alexandre Cloutier doit parler aux médias aujourd'hui.

INOLTRE SU HUFFPOST

Quatre nuances de bleu : leur démarche référendaire