NOUVELLES

Le fil des événements de l'affaire Richard Henry Bain (VIDÉO)

23/08/2016 07:16 EDT | Actualisé 23/08/2016 08:21 EDT

MONTRÉAL - Voici la chronologie des événements entourant le procès de Richard Henry Bain, reconnu coupable de meurtre non prémédité et de trois tentatives de meurtre, mardi:

4 septembre 2012: Vers minuit, Richard Bain attaque le Métropolis, lieu du rassemblement électoral du Parti québécois. Le technicien en éclairage Denis Blanchette est tué tandis que son collègue Dave Courage est sérieusement blessé par la même balle. Son fusil s'étant enrayé, Bain dégaine un pistolet et le pointe vers un agent de la Sûreté du Québec avant d'être maîtrisé et arrêté. Vêtu d'un passe-montagne et d'une robe de chambre bleue, il hurle en français: "Les Anglais se réveillent". L'attentat provoque le chaos à l'intérieur de la salle alors que les gardes du corps évacuent la première ministre élue Pauline Marois pendant qu'elle prononçait son discours retransmis en direct par les réseaux de télévision.

5 septembre: Quelques heures après avoir été arrêté, Bain est incapable de répondre aux questions des policiers. Il se dit malade et est envoyé à l'hôpital Royal-Victoria.

6 septembre: Bain, encore plus méfiant, refuse de répondre aux questions des policiers au cours d'un deuxième interrogatoire.

18 septembre: Première consultation de Bain avec la psychiatre Marie-Frédérique Allard.

19 septembre: Bain appelle la station de radio CJAD et défend pendant 37 minutes l'idée de séparer Montréal du reste de la province.

9 novembre: Deuxième consultation auprès de la docteure Allard. Craignant d'être enregistré, il répond par écrit aux questions concernant la soirée de l'attaque. Il écrit que son plan était de tuer le plus de séparatistes possible, la direction, les nouveaux députés, leur chef. Il a contredit ce qu'il avait raconté à un policier ce soir-là, affirmant alors qu'il ne cherchait qu'à faire peur aux gens. Il dit, par écrit, à la psychiatre qu'il visait pour tuer, qu'il ne visait pas au-dessus de la tête des gens. Il reconnaît avoir eu l'intention d'abattre Mme Marois. Selon lui, son idée était d'imiter ceux qui avaient incendié le café Blue Bird en 1972. La tragédie avait coûté la vie à 37 personnes.

7 décembre: Il doit subir une évaluation psychiatrique après avoir affirmé en cour que Jésus-Christ l'avait envoyé en mission pour débarrasser le Québec du "problème séparatiste".

28 décembre 2013: Il est reconnu apte à subir un procès.

28 novembre 2014: Après avoir congédié ses avocats, il tente d'obtenir une libération conditionnelle, affirmant qu'il ne peut pas ériger une bonne défense derrière les barreaux. Il mentionne avoir pris trop de médicaments, ajoutant qu'il ne se souvient plus de ce qui est arrivé avant 2012.

19 décembre: Une libération conditionnelle lui est refusée.

20 février 2015: Il engage l'avocat montréalais expérimenté Alan Guttman. Le procès est retardé jusqu'en 2016.

9 juin 2016: Le procès de Bain commence devant 14 jurés _ huit femmes et six hommes _ au palais de justice de Montréal. L'homme est notamment accusé de meurtre prémédité.

30 juin 2016: La Couronne a terminé sa preuve. Le jury obtient un congé de deux semaines.

18 juillet: Le procès reprend. Me Guttman présente sa défense et plaide la non-responsabilité criminelle. Bain témoigne.

9 août: La preuve est complétée. Les jurés ont entendu 56 témoignages, dont 48 pour la Couronne, au cours des 34 jours qu'ont duré les témoignages.

11-12 août: Les avocats présentent leurs plaidoiries finales. Dans ses dernières instructions au jury, le juge Guy Cournoyer de la Cour supérieure du Québec lui indique qu'il n'a pas à se prononcer sur les deux chefs d'accusation d'incendie criminel auxquels fait face Bain.

13 août: Les jurés amorcent leurs délibérations. Ils doivent décider si Bain était criminellement responsable de ses actes, le soir du 4 septembre.

23 août: Bain est reconnu coupable de meurtre non prémédité et de trois chefs d'accusation de tentative de meurtre.

Voir aussi:

La soirée électorale de Pauline Marois (7 avril 2014)

Abonnez-vous à notre page sur Facebook
Suivez-nous sur Twitter