DIVERTISSEMENT

Les 50 livres québécois les plus attendus de l'automne 2016

22/08/2016 01:46 EDT | Actualisé 31/08/2016 10:18 EDT

Assurez-vous d’avoir d’importantes économies, prenez un congé sans date de retour et faites vérifier la prescription de vos lunettes, parce que les auteurs québécois publieront des livres par centaines au cours des prochains mois. Voici ceux qui nous semblent les plus attirants.

rentrée littéraire

Deni Ellis Béchard est synonyme de qualité, de sobriété et de beauté grâce à des titres comme Vandal Love ou Perdus en Amérique et Remèdes pour la faim. Avec son nouveau roman Dans l’œil du soleil (Alto, 1er novembre), les lecteurs tenteront de comprendre ce qui unit une avocate québécoise en droit humanitaire, un idéaliste religieux et un ex-militaire, qui ont péri dans un attentat à la voiture piégée à Kaboul, en 2011.

Sophie Bienvenu est arrivée comme une petite bombe dans l’univers littéraire en publiant Et au pire, on se mariera, avant de faire éclater les cœurs avec le puissant Chercher Sam. Voilà qu’elle rapplique avec Autour d’elle (Cheval d’août, 27 septembre), un roman choral où vingt-deux fois s’entremêlent pour tisser l’histoire de Florence et du petit bout de vie qu’elle a senti grandir en elle à l’adolescence.

Ying Chen, qui fut considérée pour le prix Femina en 1995 avec L’Ingratitude, publie pour la première fois un roman historico-politique intitulé Blessures (Boréal, 4 octobre). Née en Chine, mais vivant au Canada depuis plus de 30 ans, l’écrivaine vous fera découvrir une nouvelle facette de la Chine révolutionnaire, de la propagande et des liens entre le pays de Mao et l’Occident.

Après trois carnets d’observations, Jean-François Beauchemin revient au genre romanesque avec Le projet Éternité (Leméac, 14 septembre), un roman d’anticipation que son éditeur ose comparer à 1984. On est curieux de voir comment sa plume contemplative se déploie dans un tel univers.

Autre aventure littéraire étonnante: l’auteure des romans Les derniers jours de Smokey Nelson et Le Ciel de Bay City, Catherine Mavrikakis, a imaginé Montréal ravagée par une épidémie, alors que la leader des miséreux veut renverser la situation et qu’un chanteur à l’aura planétaire revient chez lui pour deux concerts. À découvrir dans Oscar De Profundis (Héliotrope, 31 août).

Des années après avoir caracolé en tête des palmarès et passionné des millions de téléspectateurs, Arlette Cousture redonne vie aux personnages des Filles de Caleb dans une correspondance. Au fil des pages de Chère Arlette (Librex, 5 octobre), Émilie Bordeleau, Ovila Pronovost, Henri Douville, Blanche Provonost et bien d’autres expriment ce qu’ils pensent de leur vie fictive.

Faire bouger les choses

Sa plume unique et lucide fait le bonheur des lecteurs du journal Le Devoir depuis des lustres, mais voilà que la chroniqueuse Josée Blanchette propose un nouveau livre, Je ne sais pas pondre l’œuf, mais je sais quand il est pourri (Flamarrion, 29 septembre), une réflexion brûlante sur l’oncologie et les compagnies pharmaceutiques, écrite après qu’elle ait survécu à plusieurs cancers.

La culture du viol, une expression qui fait frémir et réagir. Un concept qui fait mal. Un phénomène que des essayistes, des journalistes et des artistes ont voulu décortiquer avec des prises de position percutantes, des nouvelles littéraires fictives, mais non moins révoltantes, des témoignages poignants et des photos qui parlent, dialoguent, réfléchissent et veulent changer les choses. Dans le collectif Sous la ceinture – Unis pour vaincre la culture du viol (Québec Amérique, 19 octobre), dirigé par Nancy B.-Pilon, on retrouve entre autres Koriass, Aurélie Lanctôt, Judith Lussier, Florence Longpré, Julie Artacho, Sophie Bienvenu et Marie-Michel Lalonde.

La question est simple, mais la réalité qu’elle décrit l’est beaucoup moins: les femmes peuvent-elles réussir sans en payer le prix? Marie-Hélène Poitras et Léa Clermont-Dion s’interrogent sur le succès au féminin avec Louise Arbour, Me Sonia LeBel, Cœur de Pirate, Pauline Marois et bien d’autres dans Les Superbes (VLB, 21 septembre).

Impossible à manquer

Un an après avoir mis un terme à la Diaspora des Desrosiers, Michel Tremblay offre à ses fidèles Conversations avec un enfant curieux (Leméac, 9 novembre). Environ neuf mois après avoir remis sa démission du journal Le Devoir, Josée Boileau partage ses réflexions sur sa profession dans Lettre à une jeune journaliste (VLB, 28 septembre). Simon Boulerice s’interroge sur les amours modernes dans Géolocaliser l’amour (Éditions de ta mère, 20 septembre) et s’inspire d’un crime homophobe tragique pour élaborer l’histoire de L’enfant mascara (Leméac, 14 septembre).

Un an après avoir mis un terme à la Diaspora des Desrosiers, Michel Tremblay offre à ses fidèles Conversations avec un enfant curieux

La brillante spécialiste en politique américaine Élizabeth Vallet publie Comprendre les élections américaines (Hammac, 6 septembre). Connue pour sa voix pure et ses textes qui font chavirer les cœurs dans le duo qu’elle forme avec sa sœur, Stéphanie Boulay publie son premier roman, À l’abri des hommes et des choses (Québec Amérique, 7 septembre), dans la collection La Shop, dirigée par Stéphane Dompierre. Maintes fois primé pour L’orangeraie, Larry Tremblay écrit sur la romancière Alice Livingston et ce qu’elle a laissé derrière elle: un manuscrit inédit, un mari incapable de la pleurer, un fils qui veut s’éloigner du giron familial et des lecteurs éplorés, dans L’impureté (Alto, 6 septembre).

L’électrisante Lucie Pagé s’intéresse à Joséphine, la femme du ministre des Finances, dans un roman où se conjuguent le pouvoir, les amours endormies, la marijuana et les langues qui se délient ; à lire dans Sexe, pot et politique (Librex, 19 octobre). L’alpiniste et aventurier québécois Gabriel Filipini relate ses histoires incroyables, mais vraies dans Instinct de survie (Guy Saint-Jean, 19 octobre): des sommets conquis sur six continents, la mort comme partenaire de voyage, une attaque de talibans évitée de peu et l’étonnante histoire du désastre le plus meurtrier de l’Everest. Dans Ils ont façonné l’Amérique (Éditions La Presse, 14 novembre), un ouvrage dirigé par André Pratte, 13 pionniers canadiens-français sont racontés par d’autres grands noms: Lucien Bouchard écrit sur Henri Bourassa, Margaret Atwood sur Gabrielle Roy, Ken Dryden sur Jacques Plante, Chrystine Brouillet sur Jehane Benoit, etc.

L’imaginaire sans fin de Jean-Jacques Pelletier ravira les amateurs de polars dans Bain de sang (Hurtubise, 10 novembre), une enquête où de nombreuses victimes ont été saignées à blanc pour emplir une baignoire à la vue des passants sur la rue Sainte-Catherine. Le journaliste et écrivain Michel Jean dirige un recueil de nouvelles, Amun (Librex, 14 septembre), qui réunit des auteurs autochtones de plusieurs nations et générations: Natasha Kanapé Fontaine, Joséphine Bacon et Louis-Karl Picard-Sioui pour ne nommer que ceux-là. Le directeur des contenus d’Infopresse, Arnaud Granata, remet en question Le pouvoir de l’échec (Éditions La Presse, 2 septembre) en interrogeant des personnalités québécoises qui ont connu des hauts et des bas vertigineux.

Récipiendaire du prix Arthur-Buies pour l’ensemble de son œuvre en 2015, Micheline Morisset confie aux lecteurs le récit intime d’un homme qui a abandonné sa famille en 1938 pour réinventer sa vie et tenter de faire battre son cœur autrement dans Ce visage où habiter (Druide, septembre). Vendu à plus de 650 000 exemplaires dans une vingtaine de pays, Station Eleven (Alto, 23 août) vient d’être traduit en français: l’écrivaine Emily St.John Mandel, qui a déjà vécu à Montréal, y met en scène une civilisation fragilisée, 20 ans après qu’une maladie ait contaminé de larges pans de la population. La maison d’édition Le Quartanier ajoute un nouveau titre a sa prestigieuse collection Polygraphe (Arvida, L’homme blanc, La déesse des mouches à feu) en publiant le premier roman de Stéphane Larue, Le plongeur (25 octobre), où l’on suit le destin d’un étudiant en graphisme, employé d’un restaurant montréalais, aux prises avec un problème de jeu.

Le journaliste François Cardinal et l’architecte de renommée internationale Pierre Thibault se demandent Et si la beauté rendait heureux? (Éditions La Presse, 24 octobre). Un an après avoir livré son récit d’ultramarathonien, le comédien Patrice Godin offre un premier roman, Boxer la nuit (Librex, 28 septembre). Le philosophe et ex-enseignant en Histoire de l’éducation à l’UQAM, Normand Baillargeon, vous invite à découvrir sa vision en lisant Enseigner au Québec (VLB, 14 septembre). Le comédien, dramaturge et écrivain Jean-Philippe Baril-Gérard lancera Royal (Éditions de ta mère, 25 octobre), son deuxième roman après l’exquis Sports et Divertissements.

À surveiller

On portera également un regard très attentif à L’astronome dur à cuir de Jonathan Ruel (Druide, septembre); Les suicidés d’Eau-Claire d’Éric Mathieu (La Mèche, 30 août) ; Le prix de la chose de Joseph Elfassi (Stanké, 12 octobre); Les filles de l’Allemand d’Annie-Claude Thériault (Marchand de feuilles, août); En rampant de David Clerson (Héliotrope, 19 septembre); Les lois du ciel de Grégoire Courtois (Le Quartanier, 12 octobre); la biographie du cofondateur du Cirque du Soleil Gilles Sainte-Croix (Éditions La Presse, 26 septembre); 117 Nord de Virginie Blanchette-Doucet (Boréal, 23 août) ; Télésérie d’Hugo Léger (XYZ, 1er septembre); Déterrer les os de Fanie Demeule (Hamac, 30 août); Charlotte ne sourit pas de Thomas O. St-Pierre (Leméac, 24 août); Le poids de la neige de Christian Guay-Poliquin (La peuplade, 13 septembre); Le centre du monde d’Emmanuelle Walter (Lux, 10 novembre); Un mixtape en héritage de Marie-Lyse Paquin (Québec Amérique, 14 septembre); Des papillons pis du grand cinéma d’Alexandra Larochelle (Librex, 5 octobre); Étincelle de Michelle Plomer (Marchand de feuilles, octobre); Nouvel onglet de Guillaume Morissette (Boréal, 20 septembre); Pas de deux d’Anne Guilbault (XYZ, 27 octobre); Écoutez nos défaites de Laurent Gaudé (Leméac, 7 septembre); Vivre et survivre à Montréal au XXIe siècle de Stéphanie Neveu et Laurent Turcot (Hamac, 4 octobre) et Un barbare en Chine nouvelle d’Alexandre Trudeau (Boréal, 13 septembre).

INOLTRE SU HUFFPOST

10 livres québécois – beaux et originaux – à offrir en cadeau