NOUVELLES

Bianca Andreescu subit l'élimination aux qualifications de la Coupe Rogers

24/07/2016 08:59 EDT | Actualisé 24/07/2016 08:59 EDT

Un jour, Bianca Andreescu aura probablement la chance de participer au même tournoi que son idole, la Roumaine Simona Halep. Or, elle est venue à un match près de réaliser ce rêve dès cette semaine.

Perçue comme l'un des plus beaux espoirs du tennis féminin au Canada, Andreescu a été éliminée lors du deuxième tour des qualifications en vue de la Coupe Rogers, dimanche, s'inclinant 6-2, 6-1 face à l'Ukrainienne Kateryna Bondarenko, 56e joueuse mondiale et troisième tête de série des qualifications.

L'affrontement, disputé devant quelques centaines de spectateurs sur le court Banque nationale, a duré 51 minutes.

Dernière canadienne en lice du volet des qualifications après sa victoire surprise face à l'Américaine Samantha Crawford samedi, l'Ontarienne a amorcé son match avec brio.

Mais après un premier jeu impeccable, Andreescu, qui est d'origine roumaine, s'est retrouvée constamment en difficultés au service. Elle a commis six doubles fautes, n'a réussi aucun as et a perdu son service en six occasions.

Andreescu n'a provoqué qu'une seule chance de bris, qu'elle a toutefois su exploiter lors du sixième jeu de la deuxième manche, évitant ainsi le jeu blanc.

"Je pense que mon adversaire aujourd'hui était beaucoup plus coriace que celle de samedi. Ma rivale ne m'a pas donné la chance de trouver mon rythme. J'ai manqué beaucoup de balles aujourd'hui. Je n'étais pas nerveuse. Ce fut tout simplement l'une de mes mauvaises journées", a-t-elle analysé, environ deux heures après sa défaite.

À sa décharge, il faut dire que Andreescu ne s'était encore jamais retrouvée devant une adversaire de la qualité de Bondarenko. Et elle a pu voir quelles étaient les différences.

"Je n'avais jamais affronté une joueuse classée aussi haut, et c'est la deuxième fois que je joue contre quelqu'un de ce niveau. J'ai beaucoup appris de mes deux matchs en fin de semaine. Ce que j'ai remarqué, c'est à quel point elle (Bondarenko) jouait rapidement, sa régularité et sa concentration. C'est ce que je vise à atteindre et c'est en jouant d'autres matchs contre ce genre de joueuses que je vais gagner de l'expérience."

Classée huitième au monde chez les juniors, Andreescu doit participer aux Challengers de Granby et de Gatineau au cours des prochaines semaines. Elle doit aussi prendre part aux Internationaux juniors des États-Unis, mais elle n'a pas encore décidé si elle allait défendre son titre aux Internationaux juniors de Repentigny, gagné avec éclat contre la Québécoise Charlotte Robillard-Millette.

Wozniak heureuse

Si le tournoi de cette année n'accueillera pas le bel espoir que représente Andreescu, il ouvrira ses portes à l'expérimentée québécoise Aleksandra Wozniak.

Longtemps tenue à l'écart à la suite d'une blessure à l'épaule droite qui a nécessité une opération en septembre 2014, la Blainvilloise de 28 ans affrontera l'Italienne Sara Errani au premier tour, probablement mardi.

Détail encourageant pour Wozniak: elle a gagné ses deux seuls matchs contre Errani, tous deux joués en 2009, dont un sur surface dure.

"Je suis heureuse de faire partie du tournoi de la Coupe Rogers. C'est toujours excitant d'être à la maison, d'avoir nos amis et notre famille qui nous supportent et d'avoir la chance de jouer devant nos spectateurs, a-t-elle mentionné lors d'un point de presse dimanche après-midi.

"Je me sens bien. Je me suis beaucoup entraînée au cours de la dernière semaine. J'ai joué deux tournois avant, à Stockton et à Washington juste pour avoir quelques matchs. Je suis de retour à temps plein sur le circuit depuis janvier. Je suis juste heureuse d'être de retour sur le circuit et d'avoir l'opportunité de jouer à la coupe Rogers", a-t-elle répété.

Pour Wozniak, la saison 2016 en est une d'adaptation, voire de transition.

"J'ai changé ma technique, ma motion sur mon service. Ce n'est pas évident, mais on fait ce qu'on peut. Au moins, je suis de retour à la compétition, C'est un défi, une longue année, les résultats ne viennent pas aussi vite que je le souhaiterais. Mais il faut que je passe par-là pour rebâtir un nouveau classement, ma confiance, mon jeu."

VOIR AUSSI:

La frénésie du tennis au tournoi féminin de la Coupe Rogers (juillet 2016)


Abonnez-vous à notre page sur Facebook
Suivez-nous sur Twitter