POLITIQUE

Les premiers ministres s'entendent sur 5 % d'immigration francophone hors du Québec

23/07/2016 02:21 EDT | Actualisé 23/07/2016 02:21 EDT

Les premiers ministres provinciaux et territoriaux se sont mis d'accord pour « atteindre une cible de 5 % d'immigration francophone à l'extérieur des frontières du Québec ».

Les dirigeants étaient réunis à Whitehorse pour le Conseil de la fédération. « À l'aube du 150e anniversaire de la Fédération, nos leaders ont reconnu l'avantage francophone et ont pris la décision de donner un élan à la francophonie », a écrit le ministre responsable des Relations canadiennes et de la Francophonie canadienne du Québec dans un communiqué.

Jean-Marc Fournier parle d'une décision « majeure ». Une rencontre avec le fédéral est prévue au printemps 2017 afin de déterminer « les moyens d'action à prendre ».

Une rencontre préparatoire doit également se dérouler en octobre.

Cet été, Ottawa a relancé une stratégie d'immigration visant à favoriser l'installation de nouveaux arrivants francophones à l'extérieur du Québec.

Les employeurs en situation minoritaire à l'extérieur du Québec qui embauchent des travailleurs francophones étrangers comme professionnels ou gestionnaires, ou encore pour des emplois techniques ou spécialisés, n'ont plus à effectuer le processus d'étude d'impact sur le marché du travail.

Cela signifie que les recruteurs ne sont plus tenus de démontrer qu'aucun Canadien ou résident permanent qualifié n'est disponible pour occuper le poste qui serait détenu par le travailleur étranger francophone.

L'objectif du fédéral est d'assurer que, d'ici 2018, les nouveaux arrivants francophones représentent au moins 4 % de tous les immigrants économiques qui s'établissent à l'extérieur du Québec.

INOLTRE SU HUFFPOST

Les 10 plus grands héros canadiens, selon un sondage