NOUVELLES

Les universitaires interdits de quitter la Turquie

20/07/2016 07:57 EDT | Actualisé 20/07/2016 10:24 EDT

Le Haut conseil turc de l'enseignement a interdit à tous les universitaires du pays de quitter la Turquie jusqu'à nouvel ordre, a rapporté mercredi la télévision d'État TRT.

La mesure serait passagère et viserait à empêcher la fuite des universitaires ayant soutenu la tentative de coup d'État, a assuré un responsable gouvernemental.

Cette décision est annoncée au lendemain de l'interdiction d'exercer faite à 21 000 enseignants, mais également à la révocation de 1577 doyens d'université travaillant dans des établissements privés, de 95 enseignants de l'Université d'Istanbul et de quatre recteurs universitaires.

900 policiers suspendus à Ankara

Les autorités turques ont suspendu 900 policiers de la capitale, soupçonnés d'avoir des liens avec le mouvement du dirigeant religieux en exil Fethullah Gülen.

Le gouvernement accuse M.Gülen d'être l'inspirateur du coup d'État manqué de vendredi dernier Ankara.

Des purges répétées au pays

Les purges se sont multipliées au pays et ont affecté des milliers de travailleurs depuis samedi au sein des secteurs militaires et judiciaires, en plus de toucher les services de police, de renseignements ainsi que le cabinet du premier ministre et de la direction des affaires religieuses.

Le site Wikileaks bloqué

L'autorité turque de régulation des télécommunications a également bloqué l'accès au site d'information WikiLeaks après la publication par ce dernier de centaines de milliers de courriels rédigés par des responsables du Parti de la justice et du développement (AKP).

Les 300 000 courriels rédigés par des membres du parti de l'AKP entre2010 et le 6juillet dernier ont été obtenus avant le coup d'État avorté et Wikileaks a choisi de les rendre publics « en réponse aux purges menées par le gouvernement », explique-t-on sur le site Internet.

Les fuites n'ont pas été provoquées par les instigateurs de la tentative de putsch ou par des membres de l'opposition, assure Wikileaks.

Abonnez-vous à notre page sur Facebook
Suivez-nous sur Twitter