DIVERTISSEMENT

Festival de jazz: Ala.Ni, l'élégance incarnée (PHOTOS)

08/07/2016 06:53 EDT | Actualisé 08/07/2016 06:56 EDT
Denis Alix

Elle nous avait déjà éblouis en 2015 lors de son précédent passage au Festival de jazz. La jeune Britannique Ala.Ni a traversé à nouveau l’Atlantique pour un concert tout en élégance. Au cœur de sa voix suave et délicate, les chansons de son premier album, You and I, offertes à un public médusé.

Elle est arrivée jeudi soir sur la scène du Club Soda comme un papillon. Habillée d’une superbe robe rouge-écarlate, elle s’est assise délicatement sur son siège pour entamer Cherry Blossom, ravissante introduction de son spectacle aux accents rétro. Entourée de ses deux musiciens, un guitariste et une harpiste, l’auteure-compositrice et interprète n’a pas tardé à installer une ambiance magique.

Ala.ni au Festival international de jazz de Montréal (7 juillet 2016)

Mystérieuse femme dont on ne sait pas beaucoup de choses, mis à part qu’elle fut une ancienne choriste de Mary J. Blige et Damon Albarn. Cette touche-à-tout – elle est aussi photographe, réalisatrice et créatrice de mode – parcourt depuis la planète avec ses compositions jazzy et organiques.

De Londres à Montmartre, sa carrière en solo, elle l’a confirmée avec un premier album (You and I) d’inspiration multiple allant d’Ella Fitzgerald à Etta James, en passant par Judy Garland, Nina Simone ou Billie Holiday. Elle a d’ailleurs chanté à Montréal la plupart des morceaux de ce disque acclamé par la critique en février dernier et qui présente en douze opus les aléas de l’amour au rythme des saisons. Old Fashioned Kiss, Come to Me et Roses and Wine ont fait sensation.

Pendant l’hypnotique Darkness at Noon, l’artiste originaire de l’île de Grenade est allée rejoindre pieds nus son public ravi de pouvoir l’observer d’aussi près. Ce même public qui quelques instants plus tôt avait écrit sur des morceaux de papier les mots de leur choix. L’artiste les a repris en chanson lors d’une séance d’improvisation a cappella qui n’a pas manqué d’humour.

Que de douceur et de charme dans les interprétations. Guitare acoustique à la main, elle a interprété le magnifique To the River, un opus aux intonations soul et blues. Ses longs bras grands ouverts, sur le point d’embrasser la terre entière, Ala.Ni semblait quasiment flotter comme une nymphe. À la toute fin, elle a repris Parlez-moi d’amour d’Édith Piaf. «Je vous aime, vous savez bien», chanté avec un accent british si raffiné qu’elle a fait chavirer l’auditoire.

Voir aussi: