DIVERTISSEMENT

Les films à voir au cinéma dès le 7 juillet 2016 (PHOTOS)

07/07/2016 03:54 EDT | Actualisé 07/07/2016 03:54 EDT
Rebecca Nelson via Getty Images
boy and girl, eating popcorn, watching a movie in their home theater

Sortie au cinéma prévue? Découvrez les films à l'affiche cette semaine!

Le Huffington Post Québec et Mediafilm.ca vous présentent les films qui prennent l'affiche cette semaine au Québec:

Films de la semaine


UN AMÉRICAIN - PORTRAIT DE RAYMOND LUC LEVASSEUR

Canada. 2016. 99 min.

Documentaire de Pierre Marier.

À 17 ans, Raymond Luc Levasseur quitte son emploi dans une usine de chaussures de Sanford, Maine, et part pour Boston. Menacé de procès à la suite de bagarres, le jeune homme d'origine canadienne-française s'enrôle dans l'armée. Envoyé au Vietnam en 1967, il en revient choqué et joint un groupe universitaire réformiste au Tennessee. En 1972, après un séjour en prison, il milite sur le campus de l'université d'Augusta au sein d'un groupe de protection des droits des prisonniers, avant de joindre le United Freedom Front, organisme qui dénonce la politique étrangère américaine. Placé sur la liste des dix personnes les plus recherchées par le FBI, il sera arrêté en 1984 pour sa participation à des attentats à la bombe. Libéré en 2004, il rentre dans le Maine, d'où il raconte son parcours.

Ce portrait passionnant d'un militant radicalisé, sincère et attachant, retrace par la même occasion les grands bouleversements de l'Amérique contemporaine. Mêlant entrevues et archives, le film est monté avec dynamisme et mis en scène avec soin et précision. On lui reproche toutefois un emploi redondant de la musique.

COMME DES BÊTES

États-Unis. 2016. 87 min.

Film d'animation de Yarrow Cheney,Chris Renaud.

La vie paisible de Max, un petit terrier braillard, est bouleversée quand sa maîtresse ramène à la maison Duke, un gros toutou encombrant. En l'absence de leur propriétaire, les deux chiens se livrent une guerre secrète. Mais lorsque des circonstances les poussent hors du foyer, dans les rues de New York, ils doivent vite apprendre à être solidaires l'un de l'autre. Surtout en présence de Snowball, un lapin blanc comme neige qui, sous des airs adorables, cache une personnalité vaguement psychotique. Son dernier projet: partir en guerre contre les animaux de compagnie heureux de leur sort, et contre les humains qui les gardent à la maison. Un projet qui amènera Max et Duke à déjouer les plans d'une armée d'animaux, qui mènent en secret une vie bien différente de celle qu'on imagine.

Ce film d'animation endiablé est riche en gags mais peu fertile en émotions. Il n'en reste pas moins une fête pour les sens, avec ses personnages colorés, ses décors flamboyants et son New York rempli de clins d'oeil cinématographiques, où petits et grands s'amuseront à découvrir la "vraie" nature de leurs animaux de compagnie.

EAT THAT QUESTION - FRANK ZAPPA IN HIS OWN WORDS

France. 2016. 93 min.

Documentaire de Thorsten Schutte.

À partir d'entrevues télévisées et d'extraits de spectacles, portrait de Frank Zappa, compositeur de musique rock, jazz et classique, cinéaste iconoclaste et grand défenseur de la liberté d'expression, mort d'un cancer de la prostate en 1993.

Produit avec le soutien de la famille Zappa, ce film de montage constitue une passionnante introduction à l'oeuvre et à la pensée d'un artiste hors du commun, qui était à la fois provocateur, exigeant et intègre. Cela dit, la facture demeure classique, les convertis n'apprendront rien et les néophytes, privés de mise en contexte, peuvent s'égarer.

LE GOÛT DES MERVEILLES

France. 2015. 101 min.

Drame sentimental de Éric Besnard avec Virginie Éfira, Benjamin Lavernhe, Lucie Fagedet, Léo Lorléac'h, Hervé Pierre, Laurent Bateau, Hiam Abbass.

Depuis la mort de son mari, estimé producteur de poires dans la région de la Drôme, Louise Legrand se débat pour conserver l'exploitation familiale, prise à la gorge par son banquier et en otage par une grande société qui tarde à la payer. Un voisin ouvertement amoureux de la jolie veuve propose bien de lui acheter une parcelle de terre, mais cette transaction impliquerait la coupe d'arbres chers à ses enfants Emma et Félix. Un matin, à quelques mètres de sa maison, Louise heurte avec sa voiture un homme visiblement en fuite. Ce dernier, atteint du syndrome d'Asperger, accepte avec réticence d'aller chez l'arboricultrice pour soigner sa blessure légère à la tête. Commence alors une relation compliquée entre la mère au bout du rouleau et cet individu imprévisible mais doté de capacités intellectuelles et sensorielles extraordinaires, qui pourrait être sa planche de salut.

Le réalisateur de MES HÉROS revient avec une oeuvre plus aboutie, au carrefour de la romance attendrissante et du conte moderne. Sa réalisation, simple mais assurée, comporte quelques images traversées d'une douce poésie. En mère aimante et courageuse, Virginie Éfira (CAPRICE) est fort attachante, face à l'excellent Benjamin Lavernhe dans un rôle casse-gueule.

MIKE ET DAVE CHERCHENT COMPAGNES POUR MARIAGE

États-Unis. 2016. 98 min.

Comédie de Jake Szymanski avec Zac Efron, Adam DeVine, Anna Kendrick, Aubrey Plaza, Stephen Root, Sugar Lyn Beard.

Les frères Mike et Dave sont réputés pour leurs farces outrancières et leurs plans casse-gueule, qu'ils mettent à exécution lors de chaque grande fête de famille. Leurs parents n'en peuvent plus. Afin d'empêcher que le mariage de leur fille unique ne vire à la catastrophe, ils exigent que les deux célibataires immatures viennent accompagnés de jeunes femmes respectables, susceptibles de calmer leurs ardeurs. Les deux ratés ont alors l'idée de faire paraître une petite annonce alléchante, qui devient virale et à laquelle des centaines de jeunes femmes répondent. Voulant éviter l'épreuve de l'audition, Alice et Tatiana, colocataires dévergondées et mal dégrossies, inventent un stratagème qui leur permet d'être présentées à Mike et Dave. Le plan fonctionne et les deux fausses filles respectables remportent le pactole. Mais durant le voyage toutes dépenses payées à Hawaï, où doit avoir lieu la noce, la vraie nature des uns et des autres fait bien vite craquer le vernis des apparences.

La devise de cette comédie pourrait être la suivante: « Il n'y a pas que des idiots dans la vie; il y a aussi des idiotes. » C'est là la plus tendre pensée à extraire dans ce divertissement à la débilité agressive, centré sur quatre primates aux atomes crochus, dont le filmage impersonnel et le montage à l'emporte-pièce constituent les uniques hauts-faits.