POLITIQUE

Fête du Canada : la députée libérale Alexandra Mendès convie les citoyens au Centre islamique de Brossard

23/06/2016 02:16 EDT | Actualisé 23/06/2016 03:21 EDT
Facebook

OTTAWA – La députée libérale de Brossard-Saint-Lambert tiendra ses célébrations de la Fête du Canada en collaboration avec une mosquée controversée de sa circonscription et ce, malgré la gronde exprimée par certains citoyens.

Alexandra Mendès a convié la population de Brossard et de Saint-Lambert au Centre communautaire islamique (CCI) de Brossard le 1er juillet, en fin d’après-midi, pour une fête sous le thème de la diversité et de l’inclusion.

Dans un message publié sur Facebook, elle confirme avoir reçu des appels et des messages de citoyens qui ont exprimé leur mécontentement sur le lieu choisi. D’autres ont écrit dans la section des commentaires sous sa publication.

Une internaute lui a demandé pourquoi elle n’a pas organisé sa fête dans l’un des nombreux parcs de Brossard ou de Saint-Lambert ou encore dans un lieu laïc.

« Je trouve cela déplacé tout comme je n’aurais pas vu la Fête nationale ou du Canada dans une église », écrit Julie Hébert, une naturopathe qui vit à Longueuil.

« Quand a-t-on déjà célébré cette fête dans une église, une synagogue, un temple Indou? (sic) Tout ceci ressemble à de la provocation », renchérit Ginette Blais de Lévis.

Mais la députée de Brossard-Saint-Lambert persiste et signe : il n’est pas question de changer l’endroit des célébrations.

« Cette activité n’a absolument aucun élément religieux! Elle est organisée dans la cour extérieure du CCI, avec structures gonflables, divertissements divers pour les enfants, barbe-à-papa, popcorn, gâteau d’anniversaire, crème glacée, le tout en plein Ramadan! »

« C’était d’ailleurs pour moi, une condition sine qua non pour accepter de co-organiser la Fête du Canada au CCI », a-t-elle écrit.

L’imam du Centre communautaire islamique de Brossard, Foudil Selmoune, a fait les manchettes dans les dernières années pour ses propos sur la charia.

Dans un reportage de Radio-Canada diffusé en 2011, il explique qu’il y a « des conditions » pour couper la main des voleurs et que les lois islamiques permettent la lapidation des femmes.

« Il faut voir pourquoi Dieu a fait ces lois, dit-il. C’est pour créer une société saine, pure, claire et équilibrée, balancée. C’est pour éviter les crimes, les malentendus. »

En 2009, le CCI a aussi versé des milliers de dollars à IRFAN-Canada, qui a vu son statut d’organisme de bienfaisance révoqué en 2011 et qui est inscrit sur la liste des entités terroristes depuis 2014 en raison de ses liens avec le Hamas.

Contactée par Le Huffington Post Québec, Alexandra Mendès a réitéré qu’elle n’avait aucune intention de changer le lieu de ses festivités du 1er juillet, même si le CCI a fait l’objet de controverses dans les dernières années.

« On est en train de rendre [l’évènement] tellement négatif. Je préfère ne faire aucune autre déclaration. Je vous recommande d’aller consulter ma page Facebook officielle. Tout est là. »

Silence radio, également, sur les dons du CCI à une organisation maintenant classifiée comme terroriste.

« Allez chercher vos informations. L’organisme [IRFAN-Canada] à lequel ce don-là a été fait, à l’époque, était reconnu par le Canada comme un organisme de charité. Je n’ai pas d’autres commentaires à faire », a-t-elle ajouté, avant de raccrocher la ligne au nez.

En 2014, le chef libéral Justin Trudeau et sa candidate Alexandra Mendès avaient visité le CCI. Cette visite avait été critiquée par le bureau de l’ancien ministre de la Sécurité publique, Steven Blaney, qui voyait là un « manque de jugement effroyable ».