NOUVELLES

Condamnée aux États Unis, BRP pourrait devoir verser 60M$

15/06/2016 09:49 EDT | Actualisé 15/06/2016 09:51 EDT
Marilyn Nieves via Getty Images
Gavel on desk. Isolated with good copy space. Dramatic lighting.

MONTRÉAL - La facture sera salée pour BRP en cas d'échec de son appel d'un verdict américain qui la condamne à dédommager son concurrent Arctic Cat dans une affaire de violation de brevets.

Elle s'élèvera à 60 millions $ CAN puisque qu'un juge d'une cour fédérale de district du sud de la Floride vient de chiffrer à 40 millions $ les dommages punitifs qui devront être versés par la société établie à Valcourt.

Le 1er juin dernier, le constructeur de véhicules récréatifs avait été condamné à payer 19,5 millions $ en dommages-intérêts à Arctic Cat.

Un jury en était alors venu à la conclusion que BRP (TSX:DOO) avait enfreint deux brevets liés à un dispositif de sécurité dont la principale fonction est de prévenir les accidents de motomarine.

Arctic Cat faisait valoir que plus de 151 000 motomarines Sea-Doo des années 2009 à 2015 sont concernées.

La semaine dernière, en marge de l'assemblée annuelle de BRP, son président et chef de la direction, José Boisjoli, avait confirmé son intention d'en appeler du jugement, estimant que le verdict du jury était "sans fondement".

Ce n'est pas la première fois que le constructeur des véhicules Ski-Doo, Sea-Doo et Can-Am et Arctic Cat se retrouvent devant les tribunaux en raison de brevets.

En 2011, la société avait déposé une poursuite au Canada ainsi que devant un tribunal civil de l'Illinois, accusant son rival américain d'enfreindre un important brevet pour ses motoneiges.

BRP accusait Arctic Cat d'avoir copié sa plateforme REV, un châssis mis au point en 2003, afin d'améliorer l'ergonomie et le confort des motoneiges.

Abonnez-vous à notre page sur Facebook
Suivez-nous sur Twitter