NOUVELLES

Essai Mercedes-Benz Classe C cabriolet 2017 : coup de cœur et coup de soleil (PHOTOS)

10/06/2016 06:22 EDT | Actualisé 10/06/2016 06:22 EDT
LuxuryCarMagazine.com

Il n'y a pas de raison logique de préférer une voiture cabriolet à sa version coupé ou berline. Généralement, le véhicule est plus lourd, moins maniable et propose un espace largement moins imposant pour la tête (avec la capote en place, évidemment). Sauf que… il y a aussi des exceptions, et la Mercedes-Benz Classe C 2017 cabriolet en fait certainement partie.

LIRE AUSSI :

» Essai routier Jaguar F-Type AWD S 2016

Ce n'est pas qu'elle soit plus pratique que les autres, mais cette mouture de la Mercedes-Benz Classe C cabriolet 2017 a un petit quelque chose que les meilleurs cabriolets seulement sont capables d'offrir; elle allie au plaisir de conduire cheveux au vent un confort et une agilité qui lui permettent d'atteindre un niveau que la raison approuve autant que l'émotion. N'est-ce pas exactement la meilleure des motivations pour se placer au volant d'une voiture?

L'article se poursuit après la galerie de photos.

Mercedes-Benz Classe C cabriolet 2017


Quatre versions

Lorsqu'elle fera son apparition sur nos routes l'automne prochain, la cabriolet germanique sera offerte en quatre versions différentes, caractérisées d'abord par la puissance de leur moteur.

Ainsi, la version dite de base, la C 300, abrite sous le capot un moteur quatre cylindres de 2,0 litres turbo de 241 chevaux. Les autres déclinaisons, plus puissantes, reçoivent la contribution de AMG. Ainsi, la C43 s'affiche avec un V6 3,0 litres biturbo de 362 chevaux, alors que deux versions C63 sont aussi au menu. Les deux utilisent le même moteur V8 biturbo, le moins puissant totalisant 469 chevaux, alors que la C63 AMG S n'a rien de moins que 503 chevaux sous le capot.

Bref, de quoi satisfaire tous les appétits. Petite surprise cependant, s'il est exact que le ronronnement spécifique de la C63 S fait descendre le long de l'échine un petit frisson de plaisir dont nous ne nous sommes pas privés en sillonnant les routes de l'Italie, il faut bien admettre que la version V6 s'avère probablement la plus équilibrée du lot, fournissant la nervosité requise pour la moindre accélération, et offrant des pointes plus que suffisantes.

Quant à la version 4 cylindres turbo, sa motorisation semble bien poussive sur les routes montagneuses et elle souffre moins aisément la comparaison, un peu comme c'est le cas dans la version Coupe. La C300 et la C43 partagent la même transmission, la 9G-Tronic et le même rouage intégral, une option que les versions les plus musclées n'offrent pas. La C43 AMG permet aussi de s'amuser un peu avec les changements de rapports alors que sa boite peut se verrouiller en mode manuel, et faire profiter son conducteur des palettes derrière le volant.

Dans le cas des deux moteurs V8, oubliez le rouage intégral, et la boite 9 vitesses. On conserve ici la 7 vitesses bien connue dont les changements de rapports sont un tantinet plus rapides, mais définitivement plus agressifs. Il suffit d'entendre la pétarade spectaculaire qui s'offre aux oreilles au moment de la rétrogradation pour s'en convaincre.

Quant aux montées de régime, elles sont promptes, efficaces et directes, et permettent de profiter du maximum de puissance à chaque changement.

Notons que toutes les versions de la Mercedes-Benz Classe C cabriolet disposent de plusieurs modes de conduite, allant du mode normal au mode Sport +, ce qui modifie la réponse du moteur de la transmission et, dans le cas des suspensions plus sportives optionnelles, ajuste aussi le débattement. La conduite devient alors plus ou moins directe et le transfert de poids est maitrisé au point d'en être transparent.

Bien sûr, les modes les plus sportifs sont réservés aux puristes qui aiment bien une suspension plus rigide. Un choix que l'on fera au moment de conduire avec dynamisme, mais que l'on ramènera à confort quand viendra le temps de déambuler en ville. En fait, même comme passager, les changements sont faciles à percevoir, la randonnée devenant soudainement plus sautillante lorsque le mode Sport + est engagé. Et je n'ai même pas testé le mode Race (course) de la C 63 S!

Avec sa version la plus sportive, Mercedes-Benz affirme réaliser le 0-100 kilomètres à l'heure en 4,1 secondes. Une donnée qui s'élève à 4,8 secondes pour la C43, et à 6,4 secondes pour la C300. Je n'ai pas vérifié ces chiffres, mais la réaction de la voiture aux accélérations, et sa grande stabilité, ne me font aucunement douter du résultat.

Un vrai cabrio

Au-delà de la simple performance, la Mercedes-Benz Classe C testée est, d'abord et avant tout, un cabriolet de luxe, une définition qui lui colle comme un gant. Bien sûr, à l'instar de tous les autres membres de la famille C, la cabrio propose un intérieur raffiné et une qualité de finition sans reproche.

Même les places arrière sont confortables et relativement spacieuses, sauf l'espace pour la tête, un peu diminué par la présence du toit.

Quant au look extérieur, on le dirait calqué sur la Classe S, en version diminutive. La partie avant au look plus carré, les épaules bien définies et le capot sculpté lui assurent une silhouette athlétique sans pour autant perdre de sa sophistication.

La notion de cabriolet exprime, évidemment, un toit rétractable. Le mécanisme de la Classe C est relativement rapide (20 secondes environ), capable d'être manipulé même en roulant à 50 kilomètres à l'heure (ce qui est non négligeable quand l'averse soudaine vous frappe), et surtout se dissimule assez bien sans pour autant pénaliser à excès l'espace de chargement. La confection du toit lui-même, offrant une triple couche, permet aussi d'obtenir un habitacle quasi aussi silencieux qu'un coupé lorsqu'il est en place.

Lorsqu'il est retiré, un ingénieux système permet de soulever un petit volet au haut du pare-brise qui agit comme un véritable coupe-vent. Doublé d'une grille qui se soulève entre les sièges arrière, ce mécanisme élimine littéralement toute turbulence trop violente dans l'habitacle et pourra même préserver votre mise en plis! Petit détail intéressant, Mercedes-Benz propose aussi en option le Airscarf, un véritable filet d'air chaud qui est soufflé dans le cou des passagers pour les garder bien au chaud.

En matière d'équipement, la liste est longue, incluant bien entendu le système multimédia Comand de Mercedes-Benz et son écran logé au centre de la planche de bord, ainsi que tous les systèmes autonomes offerts en option, tels le régulateur de vitesse intelligent, le freinage automatisé, la prévention de collision et autres systèmes que l'on peut insérer dans toutes les versions.

En renouvelant sa Classe C, Mercedes-Benz a réussi un coup de maître. La mission est désormais complétée avec cette version qui permet de rouler sous le soleil.

SOURCE : LuxuryCarMagazine.com