NOUVELLES

La quasi totalité des assureurs refuse de couvrir les pitbulls, dit le BAC

07/06/2016 03:03 EDT | Actualisé 07/06/2016 03:09 EDT

Les pitbulls ont mauvaise presse, au grand dam de leurs propriétaires. Mais c'est sans compter que si leur animal attaque, ils risquent fort de se retrouver à payer eux-mêmes pour les dégâts, car la quasi-totalité des assureurs refusent de couvrir cette race de chien, indique le Bureau d'assurance du Canada (BAC).

Et leurs victimes risquent malheureusement de ne pas être dédommagées pour leurs blessures et tout ce qu'elles ont subi si le maître est sans le sou.

Selon le BAC, les deux races les plus bannies par les assureurs sont les pitbulls et les rottweilers. Il peut toutefois y avoir des exceptions, pour un client en particulier.

De plus, chaque assureur prend ses propres décisions: il peut refuser un client qui a un tel chien, l'accepter mais refuser d'assurer en responsabilité civile les dommages causés par l'animal, ou accepter avec une prime plus élevée, vu le risque présenté par la bête en question.

Jules Picard, un courtier en assurance chez Bouchard et Associés, Solutions d'assurances, qui offre les produits de plusieurs entreprises, dit ne connaître que deux entreprises qui acceptent de couvrir les pitbulls et les rottweilers, et leur réfère tous les cas de maîtres en quête d'assureur pour leur animal.

Pourquoi cette attitude des assureurs? Selon lui, cette position vient du fait que les pitbulls causent plus de dommages que les autres chiens lorsqu'ils attaquent.

Les attaques de pitbulls sur des humains ou d'autres chiens ont mené à 14 jugements civils pour dommages depuis 2008, selon un décompte effectué à l'aide de la banque de jugements québécois. Ce chiffre pourrait bien n'être que la pointe de l'iceberg puisqu'il ne tient pas compte de tous les litiges qui se sont réglés à l'amiable avant procès, et même avant qu'une poursuite ne soit intentée.

VOIR AUSSI:

4 Photos That Will Change the Way You See Pitbulls


Abonnez-vous à notre page sur Facebook
Suivez-nous sur Twitter