NOUVELLES

Cinq contraventions que l'on ne veut pas payer

06/06/2016 08:34 EDT | Actualisé 06/06/2016 08:35 EDT
Courtoisie

Je le sais, vous le savez, nous avons tous, un jour ou l’autre, enfreint la loi au volant de notre véhicule. Parfois juste un petit peu. Parfois beaucoup plus, avec les conséquences que cela nous impose.

Avouons quand même que la pire des amendes au Québec demeure tout de même civilisée. Tout au plus, perdons-nous le droit de conduire pour une période d’un an, et nous héritons d’une contribution de quelques milliers de dollars.

LIRE AUSSI

Attention aux contraventions en voyage

Dans le pire des cas, la voiture est saisie pour une période de 30 jours et peut être récupérée sans problème, et moyennant des frais relativement abordables. Bien sûr, quand on est celui qui doit payer les frais, on les trouve élevés. Mais quand on se compare, on se console.

C’est pour vous consoler que nous présentons aujourd’hui le top 5 des pires tickets remis dans le monde. Vous verrez que votre prochain billet vous semblera bien doux.

Soyons quand même réalistes : le marché des contraventions pour excès de vitesse est spectaculaire. Au Québec, il est difficile d’obtenir des données précises quant à la valeur globale des contraventions émises. Aux États-Unis cependant, l’IIHS a tenté l’expérience, et le résultat est spectaculaire : il s’émet quelque 34 millions de contraventions au pays de l’Oncle Sam chaque année, pour un total de 51 milliards de dollars en amendes, réparties entre les différents paliers de gouvernement. Cela correspond à une amende moyenne de 150 $ par billet.

Dans certains cas cependant, les billets sont beaucoup plus élevés, ou plus inusités.

Une contravention à plus de 300 à l’heure...

Selon les données disponibles, c’est un américain, Samuel Tilley, qui détient depuis 2006 le triste record de vitesse la plus élevée ayant donné lieu à une contravention. Selon les informations inscrites sur le billet, le motocycliste roulait à tombeau ouvert (plus de 329 kilomètres à l’heure) sur une moto Honda 2003 « lourdement modifiée ». C’est un avion de surveillance radar qui a permis d’attraper le fautif.

...et une à 8 km/h

Le record inverse appartient à une dame écossaise, âgée de plus de 70 ans. Enseignante à la retraite, la dame ralentissait le trafic à moins de 8 kilomètres à l’heure à chaque virage, créant ainsi un bouchon monstre. Son excuse : elle portait de nouvelles lunettes et voyait mal le soir.

La misère des riches

Dans certains pays, comme la Finlande notamment, ce sont vos revenus qui servent de base pour calculer le montant de l’amende qu’on vous impose. Parlez-en à Reima Kuisla, un millionnaire qui s’est fait attraper par une patrouille alors qu’il roulait 65 kilomètres à l’heure dans une zone de 50. L’amende prévue pour ce type d’infraction : 0,85 % de votre revenu. Pour un salaire moyen de 60 000$, cela correspond à une amende de 510 $. Mais pour l’homme d’affaires, l’amende était plutôt de... 60 000$. Il a bien tenté de s’attirer la sympathie des internautes sur les réseaux sociaux, mais s’est rapidement fait rabrouer.

La misère des riches, chapitre 2

Cette fois, c’est en Suisse qu’un autre millionnaire a appris à dépens que les limites de vitesse s’appliquent aussi aux riches. L’homme a été intercepté à plus de 280 kilomètres à l’heure sur l’autoroute helvète. Il a d’abord plaidé l’ignorance, prétendant qu’il se croyait encore sur l’Autobahn allemande, puis affirmé que son odomètre ne fonctionnait pas. Devant son manque de remords, le juge lui a donné une contravention de 1,001,044 $, l’amende la plus élevée à ce jour au monde.

Un vrai test sur route

Cette fois, le paiement n’était pas trop élevé, mais les circonstances enrageantes. Un automobiliste a laissé sa voiture, une Lamborghini Gallardo, à sa station-service habituelle pour quelques petites réparations. Le mécanicien, soucieux de bien faire son travail, a pris la voiture pour un test sur route. Il a malheureusement été arrêté en roulant plus du double de la vitesse permise, et la voiture saisie pour une période de 30 jours. Le propriétaire, en plus de devoir être patient, a dû payer une amende pour la récupérer. L’histoire ne dit pas si la réparation était complétée.

Voir aussi:

Les voitures les plus vendues au Canada en 2016