NOUVELLES

L'ex-lieutenante-gouverneure du Québec Lise Thibault obtient sa libération conditionnelle

02/06/2016 04:11 EDT | Actualisé 02/06/2016 06:50 EDT
CP

L'ancienne lieutenante-gouverneure du Québec Lise Thibault, qui a purgé le sixième de sa peine de 18 mois, obtient une sortie préparatoire à sa libération conditionnelle et peut rentrer chez elle.

Cette permission lui a été accordée par la Commission des libérations conditionnelles du Québec, mais non pas sans réserves.

Le comportement de Lise Thibault a été « adéquat » pendant son incarcération, mais la Commission s'inquiète de son attitude face à ses crimes.

« La Commission constate que vous avez de la difficulté à admettre votre responsabilité dans les délits. Vous avez tendance à nier votre intention frauduleuse. [...] La Commission doit se demander si le fait de nier ou de vous déresponsabiliser constitue un facteur de risque », peut-on lire dans la décision rendue le 31 mai.

Une évaluation des services correctionnels a toutefois établi que Lise Thibault représentait un faible risque de récidive.

Plusieurs conditions

À l'extérieur des murs de la prison, l'ancienne lieutenante-gouverneure devra se rapporter régulièrement à son agent correctionnel.

Selon les exigences de la Commission, Lise Thibault devra aussi « entreprendre un suivi psychologique, afin de poursuivre [sa] réflexion quant à [sa] responsabilisation. »

Il lui est aussi interdit d'occuper une fonction ou de s'impliquer dans des activités où elle aurait à gérer des fonds.

Rendez-vous médicaux manqués

Le rapport de la Commission révèle aussi que, pendant son incarcération, Lise Thibault a refusé de se rendre à l'hôpital pour être suivie par un neuropsychologue pour des pertes de mémoire et des troubles liés à l'épilepsie.

Mme Thibault a fait valoir à la commission qu'elle voulait garder sa « dignité » et éviter de se présenter à l'hôpital menottes aux poignets.

Voir aussi:

Abonnez-vous à notre page sur Facebook
Suivez-nous sur Twitter