DIVERTISSEMENT

#MTLmoments: 8 courts métrages sur Montréal pour attirer les jeunes touristes (VIDÉOS)

31/05/2016 02:15 EDT | Actualisé 31/05/2016 04:28 EDT
Charles Knox via Getty Images
Woman taking photograph on hill, Le Plateau, Montreal, Quebec, Canada

Tourisme Montréal espère générer au moins 5 millions de vues grâce aux courts-métrages commandés à huit réalisateurs de renommée, dont la première moitié prend d’assaut le web aujourd’hui.

Fort du succès de la campagne marketing #MTLmoments, qui avait obtenu 400 000 partages de photos de la métropole en 2013, l’organisme touristique a voulu donner une seconde vie à certaines images en proposant aux créatifs de les utiliser comme source d’inspiration.

Une façon de galvaniser l’intérêt pour la métropole sur la planète web, et plus spécialement dans le marché des jeunes touristes new-yorkais, selon Yves Lalumière, PDG de Tourisme Montréal. « C’est impossible de prévoir la viralité des vidéos, mais on espère attirer l’attention des milléniaux avec nos courts métrages. C’est notre première campagne ciblant New York, on ne sait pas comment ils vont réagir à l’idée de venir à Montréal, mais c’est le temps d’expérimenter ce genre de concepts. »

« On a observé une hausse d’environ 26 % des touristes américains pendant les trois premiers mois de 2016. Et comme les Américains visitent surtout Montréal en août et en septembre, c’est le moment de créer un buzz. »

Contrairement à des villes comme la Nouvelle-Orléans, San Francisco et New York, dont le taux d’occupation est de 85 %, une ville comme Montréal a besoin de faire du bruit pour attirer l’attention.

« Notre office touristique est de loin celui qui collabore le plus avec les blogueurs, les influenceurs et les médias sociaux, précise M. Lalumière. Des villes comme Toronto et Vancouver veulent avoir notre recette. Pendant une dizaine d’années, Montréal n’était pas sur la carte, mais elle est de retour. La ville est en train de se refaire une beauté, avec les investissements, toutes les grues dans le ciel et les legs à venir du 375e. On est au début d’un renouveau important. »

Question de surfer sur ce momentum, Tourisme Montréal a donné carte blanche à huit réalisateurs.

Appliqués for sun

Appliqués for sun est le court métrage de Melissa Matos, qui compte le musée Tate Modern, Burberry, le Musée des Beaux-arts de Montréal, Moment Factory et Cœur de pirate parmi ses collaborateurs. Avec son partenaire Emmanuel Mauriès-Rinfret, elle offre une ode à la vibe toute particulière qui plane sur la ville en été.

« On a voulu créer un portrait artistique de nos lieux préférés et de ceux où l’on a grandi », souligne-t-elle. « Le fait de filmer en 16 mm amène une chaleur et une nostalgie de la saison chaude, alors que tout passe si vite à Montréal. On voulait insuffler un côté intemporel au film », ajoute Emmanuel.

TTYL

De son côté, Iouri Philippe Paillé a imaginé une œuvre qui pulse, sorte d’hommage à la sensualité de la ville, à sa jeunesse, son nightlife, sa diversité et son sex-appeal, alors que les voix d’un homme et d’une femme s’attisent en vue d’un probable « booty-call » dans TTYL.

«Je me suis inspiré des photos du feed d’un instagrameur pour raconter une histoire, sans le connaître personnellement », explique le jeune finissant de la Mél Hoppenheim School of Cinema dont les réalisations se retrouvent souvent publiées sur SHOTS, Fubiz et Les Inrocks en tant que «staff pick vimeo».

HUIT

Mathieu Grimard, connu dans le monde de la publicité, du vidéoclip et du court métrage, a élaboré un portrait documentaire de la ville en demandant à des artistes de tous les horizons de partager leur vision de Montréal.

«Ce sont tous des créateurs qui pourraient pratiquer leur art ailleurs, mais qui ont élu domicile ici. Je voulais les présenter derrière une surface vitrée, pour avoir un point de vue de l’intérieur à partir de l’extérieur.» Dans HUIT, on entend et on voit 2Fik, Lary Kidd, Sarah-Maude Beauchesne, Simon Boulerice, Francis Duval, Patsy Van Roost et Sterling Downey, alors que des images des différents quartiers défilent.

Rendez-vous

Yan Giroux lorgne du côté de la science-fiction dans les environs du Stade olympique, en mettant en scène des drones qui déambulent dans le stationnement, près du mât, des murs de béton, de la toile, des vitraux et des câbles.

«Je suis fasciné depuis longtemps par le stade: c’est le seul monument montréalais qui marque vraiment notre imaginaire. J’avais envie d’évoquer le sentiment de petitesse qui nous habite à ses côtés, comme si on était de minuscules insectes», illustre celui dont les courts et longs métrages documentaires ont été présentés au Sundance Film Festival.

Plus tard cet été, nous pourrons voir les quatre autres courts métrages réalisés par Vincent Bilodeau, Gabriel Poirier-Galarneau, Akim Gagnon et le duo stop-motion Clyde Henri. À suivre ici.

INOLTRE SU HUFFPOST

10 des plus belles terrasses où prendre l’apéro à Montréal