POLITIQUE

Le ministre fédéral des Pêches Hunter Tootoo démissionne pour soigner une dépendance

31/05/2016 07:34 EDT | Actualisé 31/05/2016 07:57 EDT
Darryl Dyck/CP

OTTAWA – Le ministre fédéral des Pêches, Hunter Tootoo, démissionne de son poste au cabinet et quitte le caucus libéral pour soigner une dépendance.

Le bureau du premier ministre, qui en a fait l’annonce mardi soir, n’a pas spécifié la dépendance à laquelle le député de Nunavut faisait face.

Le leader parlementaire Dominic Leblanc occupera ses fonctions comme ministre des Pêches, décision en vigueur dès mardi soir, a annoncé le premier ministre Justin Trudeau.

Dans une déclaration, Tootoo explique qu’il démissionne de son poste de ministre et qu’il quitte son caucus « afin de ne pas détourner l’attention du travail important qu’effectuent mes collègues ».

« J’ai décidé de suivre un traitement pour mes problèmes de dépendance. Je vous demande de respecter ma vie privée », a-t-il ajouté.

Tootoo était absent d’un important vote sur le projet de loi sur l’aide médicale à mourir, à la Chambre des communes.

Tootoo est un ancien politicien territorial, qui a servi comme président de l’Assemblée législative du Nunavut. Il a aussi été à la tête de la Commission d’aménagement du Nunavut.

Il a ravi le siège en octobre dernier à l’ancienne ministre conservatrice Leona Aglukkaq. Dans une entrevue avec le Huffington Post Canada, l’an dernier, Tootoo a dit qu’il a décidé de se présenter pour Justin Trudeau en raison de son charisme et de son ouverture.

"J’ai toujours été un individu qui a dit ce qui devait être dit, que ce soit populaire ou non.”

« Il y a un manque de confiance entre les peuples autochtones du Canada et le gouvernement fédéral, et en écoutant [Trudeau], il dit qu’il veut rebâtir cette confiance et rebâtir cette relation », a-t-il dit.

Tootoo dit qu’il était attiré tout particulièrement par le plan économique des libéraux et l’honnêteté de Trudeau à propos du déficit.

« J’ai toujours été un individu qui a dit ce qui devait être dit, que ce soit populaire ou non », a expliqué Tootoo.

Il a été nommé ministre des Pêches, des Océans et de la Garde côtière canadienne en novembre. Dans une entrevue avec La Presse canadienne, il a dit que sa nomination annonçait une nouvelle ère avec les peuples autochtones du Canada.

« Je suis très fier d’être la première personne autochtone, la première personne du Nord à être nommé à cette position », a-t-il affirmé à ce moment-là.

Pas une première

Plus tôt cette année, le député libéral de Terre-Neuve Seamus O’Regan a annoncé qu’il avait passé du temps dans un centre de mieux-être afin de se départir de sa dépendance à l’alcool pendant le temps des Fêtes.

« Depuis un an ou deux, l’alcool faisait partie de mon quotidien. Je prenais régulièrement plusieurs verres à la fin de mes journées. Parfois plus que quelques verres », a écrit le député sur Facebook.

« Je travaillais encore de façon efficace et compétente, mais j’ai réalisé, au fil du temps, que la compétence n’était pas assez. Je n’étais pas à mon meilleur. Et la vérité est que je dois être à mon meilleur pour mon mariage, pour ma famille, pour mes amis et pour les concitoyens que je représente. »

O’Regan était de retour au travail à la mi-janvier après 40 jours de sobriété, selon ce qu’il a indiqué sur les réseaux sociaux.

En 2012, le député du NPD Roméo Saganash a également pris un congé de maladie après avoir été éjecté d’un vol d’Air Canada parce qu’il était en état d’ébriété. Il est revenu au travail quelques mois plus tard.

Ce texte initialement publié sur le Huffington Post Canada a été traduit de l’anglais par Catherine Lévesque.

INOLTRE SU HUFFPOST

Un nombre record de députés des Premières nations en 2015