NOUVELLES

Un homme meurt lors d'une opération du SPVM, la SQ enquête (VIDÉO)

25/04/2016 10:09 EDT

La Sûreté du Québec (SQ) enquête sur un incident impliquant le Service de police de la ville de Montréal (SPVM) qui a fait un mort, lundi matin.

Les policiers montréalais ont reçu un appel vers 8h faisant état de la présence d'un homme en détresse psychologique dans un immeuble

à logements situé sur la rue Ontario Est, près de l'intersection de la rue Sicard, dans le quartier Hochelaga-Maisonneuve.

L'homme âgé de 63 ans a été grièvement blessé lors de l'opération et a été transporté à l'hôpital où il est finalement décédé des suites de ses blessures.

Selon Marie-Josée Ouellet, porte-parole de la SQ, l'enquête démontre que l'individu aurait accueilli les policiers avec une arme blanche et qu'au moins un coup de feu l'aurait atteint. La sergente Ouellet ajoute qu'une arme à impulsion électrique a aussi été utilisée lors de l'intervention. Elle n'a toutefois pas été en mesure de préciser la chronologie des événements.

Chose certaine, l'intervention a été fatale pour André Benjamin.

Comme le veut la politique ministérielle en telles circonstances, l'enquête a été confiée à un autre corps policier, en l'occurrence la SQ.

Bureau des enquêtes indépendantes

Ce nouvel épisode impliquant la mise en oeuvre de la politique ministérielle survient alors que se fait toujours attendre le déclenchement des activités du Bureau des enquêtes indépendantes (BEI), à qui ce genre d'enquête devrait être confié.

Le Bureau, qui devait entrer en fonction au début de 2016, puis en avril, puis en mai, ne sera pas opérationnel avant la mi-juin, d'après ce qu'a indiqué sa directrice, Madeleine Giauque, la semaine dernière à la commission parlementaire qui se penchait sur les crédits du ministère de la Sécurité publique.

Mme Giauque avait alors précisé que l'ensemble des enquêteurs avaient complété leur formation la semaine dernière et qu'ils seraient diplômés le 29 avril.

Cependant, l'actualité a forcé l'ajout d'autres éléments à leur expertise, soit une formation sur les agressions sexuelles qui débutait ce lundi.

La directrice avait indiqué devant les parlementaires que l'on avait décidé d'ajouter cette formation à la suite des révélations de l'émission "Enquête", qui avait causé une onde de choc dans la ville abitibienne de Val-d'Or en mettant au jour de graves allégations d'inconduite sexuelle de la part de policiers de la SQ dont plusieurs ont été suspendus à la suite de la diffusion du reportage de Radio-Canada.

Abonnez-vous à notre page sur Facebook
Suivez-nous sur Twitter