DIVERTISSEMENT

François Girard réalisera un film en marge du 375e de Montréal

25/04/2016 04:40 EDT | Actualisé 25/04/2016 04:40 EDT
Ismaël Houdassine

Le metteur en scène François Girard est de retour chez lui au Québec pour la réalisation d’un film intitulé Hochelaga, terre des âmes, dont la sortie est prévue en 2017 pour clôturer les célébrations du 375e anniversaire de Montréal.

Entouré du producteur Roger Frappier et de Gilbert Rozon, commissaire de la Société des célébrations du 375e anniversaire de Montréal, François Girard a dévoilé lundi aux représentants des médias les détails de cette nouvelle production qu’il définit lui-même comme une «fresque identitaire».

Le cinéaste n’avait pas tourné à Montréal depuis 1990 avec son film Cargo. Retraçant l’histoire du quartier Hochelaga au fil des siècles, ce nouveau projet sous forme de fiction prendra à la fois des allures épiques et intimistes, d’après son réalisateur. «Ce ne sera pas un film historique, mais davantage une œuvre sur la psyché montréalaise et la spiritualité des autochtones», a-t-il raconté.

Sorte de réflexion culturelle sur l’identité québécoise multiple, tout commencera au pied du Mont-Royal pour un voyage à travers les époques et les tragédies qui ont eu cours dans la métropole durant 750 ans.

«Un des personnages principaux sera un archéologue appelé sur le site d’un effondrement de terrain. Là, il va trouver un tas de récits qui vont se télescoper. Ainsi, j'ai imaginé Hochelaga comme un retour sur nos origines sans oublier les Amérindiens, les véritables fondateurs de notre pays», a ajouté François Girard.

Il sera aussi question d’époque contemporaine avec l’arrivée des différentes vagues d’immigration. Hochelaga, Terre des âmes sera divisé en plusieurs séquences. L’idée d’un tel film est venue à Girard lors d’une visite en 2009 au musée de l’Hermitage de Saint-Pétersbourg.

«Je m’étais arrêté dans une salle d’un peintre russe qui avait passé toute sa vie à retracer l’histoire de son pays. J’ai été frappé par la dévotion de cet artiste à son pays. Cela m’a ensuite donné le gout de faire ma propre fresque du Québec.»

Le film dont la distribution n’a pas encore été dévoilée sera divisé en cinq séquences représentées par cinq époques. À ce titre, un budget de presque 14 millions de dollars sera nécessaire pour la reconstitution historique. L’équipe se prépare pour un tournage de 45 jours qui devrait débuter en septembre prochain. «C’est une œuvre très ambitieuse, a précisé Girard. Elle nécessite beaucoup d’effets spéciaux.»

INOLTRE SU HUFFPOST

Films de la semaine