POLITIQUE

Condition féminine : des doutes sur la crédibilité d'une étude citée par le PQ

20/04/2016 09:56 EDT | Actualisé 20/04/2016 09:59 EDT
Radio-Canada.ca

Le gouvernement Couillard met en doute la crédibilité de l'étude citée par le Parti québécois pour conclure que les choix du gouvernement nuisent aux femmes.

Un texte de Julie Dufresne

L'étude intitulée Reculs des conditions de vie des femmes au Québec en 2015 a été faite en 2015 par L'R des centres de femmes.

L'organisme dit que son rapport « dresse le portrait des impacts de l'austérité sur les femmes au Québec ». Il conclut notamment que 15 % des femmes doivent diminuer la qualité et la quantité de nourriture consommée en raison de l'augmentation des prix et de leur appauvrissement.

Un document interne du Secrétariat à la Condition féminine obtenu par Radio-Canada laisse toutefois entendre que le rapport est biaisé, notamment en raison de ses « limites méthodologiques ».

Le Secrétariat souligne par exemple l'absence des grilles de cueillette de données et des questions posées aux participantes. « Il est regrettable de constater que le document ne contient aucun de ces éléments essentiels à la rigueur de toute démarche d'étude », y est-il écrit.

Le Secrétariat note aussi que certaines des données utlisées ne sont pas les plus récentes, et que « les 501 femmes impliquées par l'enquête représentent un peu plus de 0,1 % des 300 000 femmes que l'organisme dit rejoindre. »

La députée péquiste Carole Poirier s'est référée à cette étude vendredi dernier, lors de l'étude des crédits du Secrétariat de la Condition féminine, pour accuser le gouvernement libéral de faire preuve de violence envers les femmes.

« Depuis deux ans ce gouvernement s'emploie à mettre en oeuvre des actes de violence et de discrimination sexistes qui peuvent être physiques, psychologiques, verbaux, économiques, sexuels, sociaux et politiques », a dit la députée d'Hochelaga-Maisonneuve.

Elle a nuancé ses propos par la suite.

L'analyse du Secrétariat à la condition féminine by Radio-Canada

VOIR AUSSI

Quelques mots interdits à l'Assemblée nationale

Abonnez-vous à notre page sur Facebook
Suivez-nous sur Twitter