NOUVELLES

Équateur: une Québécoise et son fils parmi les victimes du séisme (VIDÉO)

16/04/2016 09:19 EDT | Actualisé 18/04/2017 05:12 EDT

Une porte-parole d'Affaires mondiales Canada, Rachna Mishra, a confirmé que deux Québécois figurent parmi les victimes d'un puissant séisme en Équateur. Selon Radio-Canada, il s'agirait de Jennifer Mawn, 37 ans, et de son fils Arthur Laflamme, 12 ans.

Originaires de la région de Montréal, les deux victimes faisaient partie d'une famille de quatre qui se trouvaient en Équateur depuis l'automne dernier. Le père, Pascal Laflamme et la fille de 11 ans du couple, Laurie-Ann, ont été légèrement blessés. Selon une proche, la famille se trouvait dans un appartement quand le toit s'est effondré.

Au moins 262 personnes ont perdu la vie et plus de 2500 autres ont été blessées, selon le plus récent bilan annoncé par les autorités équatoriennes, dimanche soir. Le vice-président Jorge Glas a prévenu que le bilan risquait de s'alourdir parce qu'un grand nombre de personnes n'ont toujours pas été retrouvées, mais il n'a pas voulu préciser le nombre de disparus.

L'épicentre du séisme d'une magnitude de 7,8, le plus fort à avoir ébranlé le pays sud-américain depuis 1979, était situé dans une région peu peuplée comprenant de nombreux ports de pêche et plages touristiques, à 170 kilomètres au nord-ouest de Quito, la capitale.

Le texte se poursuit après la galerie-photos.

Séisme en Équateur

Le vice-président équatorien, Jorge Glas, a indiqué que des gens avaient perdu la vie à Manta, à Portoviejo et à Guayaquil, des municipalités se trouvant à plusieurs centaines de kilomètres de l'endroit où la secousse s'est produite peu après la tombée de la nuit, samedi.

À Pedernales, une cité de 40 000 habitants située près de l'épicentre du tremblement de terre, des dizaines de résidants ont dormi dans les rues alors que des hommes cherchaient des survivants appelant à l'aide dans les décombres à la lueur de phares d'automobiles.

En visite à Rome, le président équatorien Rafael Correa a signé un décret déclarant l'état d'urgence national et est revenu plus tôt que prévu au pays. Il a exhorté les Équatoriens à demeurer forts pendant que les autorités géraient le désastre.

"Tout peut être reconstruit, sauf les vies humaines et c'est ce qui fait le plus mal", a-t-il déclaré dans une entrevue téléphonique avec la télévision publique avant de quitter Rome en direction de Manta.

M. Glas a précisé que 10 000 soldats avaient été dépêchés dans les régions touchées pour prêter main-forte aux équipes de secours. De plus, 4600 agents de la police nationale ont été envoyés dans les villes de Manabi, Esmeraldas, Guayas et Santa Elena.

Selon les autorités, des refuges ont été mis en place et des hôpitaux de campagne ont été déployés à Pedernales et Portoviejo. Plus de 3000 paquets de nourriture et près de 8000 ensembles de couvertures et oreillers ont été distribués. La province de Manabi, la région la plus durement touchée par la catastrophe, était aux prises avec une panne de courant presque généralisée alors que les recherches pour les survivants se poursuivaient.

À Quito, des citoyens terrifiés ont envahi les rues pendant que les édifices tremblaient. Le séisme a provoqué des pannes de courant dans plusieurs quartiers et l'écroulement de quelques résidences, mais l'électricité a été rétablie après quelques heures, a indiqué le maire Mauricio Rodas.

Les villes se trouvant à proximité de l'épicentre ont été évacuées par mesure de précaution, au cas où la secousse aurait généré un tsunami. Quelques heures après, les habitants de la côte ont toutefois pu retourner à leur domicile.

Les barrages hydroélectriques et les pipelines du pays ont également été fermés pour éviter tout problème, même s'ils ne semblaient pas avoir été endommagés.

À l'origine, le centre d'études géologiques des États-Unis avait établi la magnitude du tremblement de terre à 7,4, mais l'a finalement placée à 7,8. Le séisme s'est déroulé à une profondeur de 19 kilomètres. Il a été suivi de nombreuses répliques, dont l'une ayant atteint 5,5 sur l'échelle de Richter. Les autorités ont prévenu la population que d'autres secousses d'une puissance semblable se produiraient dans les prochains jours ou même les prochaines heures.

Les proches au Canada de citoyens canadiens se trouvant en Équateur sont encouragés à communiquer avec le Centre de surveillance et d'intervention d'urgence d'Affaires mondiales Canada au 613 996 8885 ou au 1 800 387 3124, ou par courriel à l'adresse sos@international.gc.ca.

Avec La Presse canadienne et Radio-Canada.ca

Abonnez-vous à notre page sur Facebook
Suivez-nous sur Twitter