POLITIQUE

La stratégie de la ministre Dominique Anglade pour le « manufacturier innovant » est-elle suffisante?

14/04/2016 08:26 EDT | Actualisé 14/04/2016 08:29 EDT
JACQUES BOISSINOT

Le plan visant à stimuler l'activité manufacturière innovante est un pas dans la bonne direction. L'étonnement que nous avons au dévoilement du plan de la ministre Dominique Anglade réside peut-être davantage dans le fait que l'annonce survienne en 2016.

Un texte de Gérald Fillion

Comment se fait-il que l'innovation au coeur du secteur manufacturier n'était pas déjà la priorité du ministère de l'Économie et d'Investissement Québec? En annonçant que 500 millions de dollars supplémentaires seront consacrés au « manufacturier innovant » au cours des 3 prochaines années, le gouvernement nous apprend ainsi que ce virage névralgique pour l'économie n'était pas encore pris!

Comment expliquer que le Québec n'ait pas su profiter de la chute du dollar canadien au cours des deux dernières années pour innover et exporter davantage? Comment expliquer la réaction tardive de l'État face à des statistiques alarmantes : baisse des exportations vers les États-Unis depuis 2005 et décroissance des investissements des entreprises depuis 2011?

Depuis le temps qu'on parle d'innovation, de productivité et de compétitivité, il est plus que temps d'éveiller et d'accompagner le « manufacturier innovant ». Dans un texte précédent sur notre site, on explique combien l'économie du Québec souffre : la croissance du PIB est très lente, le marché de l'emploi est en panne et les entreprises hésitent à investir.

Enfin, se disent les organismes!

Tous les organismes ont salué cette nouvelle orientation gouvernementale, des Manufacturiers et Exportateurs du Québec au Conseil du patronat en passant par les chambres de commerce. Je suis convaincu que les leaders économiques auraient bien aimé publier leur communiqué de félicitations il y a cinq ou six ans, bien avant aujourd'hui.

Cela dit, aucune nouvelle somme d'argent n'est prévue pour stimuler l'économie du Québec. Les documents stratégiques déposés par le ministère de l'Économie et Investissement Québec sont remplis de bonnes intentions, d'orientations et d'objectifs un peu flous. Ça manque de chiffres! Les 500 millions de dollars font partie de l'enveloppe habituelle d'Investissement Québec. Et on ne donne pas de cibles précises sur les niveaux d'exportations qu'on souhaite atteindre ou sur la richesse qui pourrait être créée.

C'est un pas en avant, mais on attend plus. L'économie du Québec, dans un contexte de lente croissance, a besoin d'un soutien plus généreux. Un économiste me disait, cet après-midi, qu'il faut aider concrètement les entrepreneurs, avec des conseils, avec des ingénieurs de production également pour réellement transformer l'économie du Québec et en faire un modèle efficace, productif, innovant et riche.

VOIR AUSSI

Quelques mots interdits à l'Assemblée nationale

Abonnez-vous à notre page sur Facebook
Suivez-nous sur Twitter