DIVERTISSEMENT

Papier ou web?: les conseils de Sèxe Illégal au Huffington Post Québec! (ENTREVUE)

07/04/2016 01:54 EDT | Actualisé 07/04/2016 01:54 EDT
Sèxe illégal

Le duo Sèxe Illégal a l’avenir des médias à cœur. Au point d’y aller d’une suggestion lorsque la représentante du Huffington Post Québec lui brandit son magnétophone sous le nez pour l’interviewer. Sitôt, le volubile Paul Sèxe et son acolyte Tony Légal analysent la situation froidement et lancent leur idée, qui pourrait changer du tout au tout le paysage journalistique québécois…

«Le Huffington Post, après le changement à La Presse, allez-vous lâcher le web pour aller sur le papier? Ce serait malade!», balance Paul Sèxe, veston pâle au dos, le plus sérieusement du monde.

«Ce serait malade! Ça serait fucking big», renchérit Tony Légal avec conviction, visiblement aussi concerné que son comparse.

«Avec du papier glacé, sur lequel on pourrait renverser notre café... On vous la donne, cette idée-là. On l’a déjà, mais là, on ne la veut plus…», conclut Paul Sèxe

On va y penser, les gars…

Dernière médiatique

Sur une note (un peu) plus sérieuse, Sèxe Illégal sera au Théâtre St-Denis ce jeudi pour la «dernière médiatique» de sa tournée Vivre!, entamée en septembre 2014. Le tandem s’y installera pour un soir seulement, avant de faire des sauts à Lachine (22 avril) et Brossard (14 mai), qui boucleront officiellement le chapitre de ce spectacle.

«On va être là de 20h jusqu’à… Jusqu’à temps que quelqu’un nous mette dehors», badinent les deux personnages qui, même en entrevue, ne quittent jamais leurs alter egos rock star et s’éloignent rarement du deuxième degré qui les caractérise.

Généralement, les artistes convoquent les médias à Montréal ou à Québec en début de tournée, afin de faire parler d’eux pour vendre un maximum de billets dans les mois à venir et faire en sorte que leur tournée durera le plus longtemps possible. Mais Sèxe Illégal ne fait rien comme les autres. Que pourrions-nous attendre d’autre d’un groupe aussi légendaire, de vedettes adulées par le monde, qui ont baigné dans les mêmes eaux que les Beatles, les Rolling Stones et autres formations mythiques?

«On a décidé de se faire un party pour terminer la tournée. Apparemment que c’est la première fois que quelqu’un fait ça, convoquer les médias et les plus grands fans à une dernière médiatique. Donc, c’est une première dernière», explique Tony Légal.

«Même quand on est derniers, on finit par être les premiers pareil. On est un peu comme Jean-Jacques Goldman, avec sa chanson Les derniers seront les premiers… ou comme Jésus», réplique Paul Sèxe, humble.

«On a décidé de se faire un party pour finir la tournée, enchaîne Tony Légal. Parce qu’un show, c’est toujours en mouvement. C’est le message qu’on essaie de lancer aux gens. Sèxe Illégal, on a beaucoup de plaisir sur scène, ça fait près de 40 ans qu’on fait ça, on approche les 50 ans de carrière. À deux, ça fait 100 ans d’expérience. Nous, on aime faire de la scène, ça bouge, le show change, on arrive souvent avec du nouveau matériel, et il y a eu une grande évolution pendant la tournée. On prend un plus grand plaisir qu’avant à faire ces shows-là, on s’est rendus compte que c’est là, notre place. C’a pris plus de 40 ans s’en rendre compte, c’est quelque chose! Mais là, on est comme des poissons dans l’eau, le show devient meilleur à chaque semaine et je crois que tout le monde devrait venir nous voir.»

Ne manquez pas, vendredi, notre critique de la «dernière médiatique» de Sèxe Illégal au Théâtre St-Denis.

Abonnez-vous à notre page HuffPost Québec Divertissement
Suivez-nous sur Twitter

INOLTRE SU HUFFPOST

Quelques sketchs incontournables en humour