NOUVELLES

L'achalandage de la STM glisse, la démission de son président est réclamée (VIDÉO)

07/04/2016 09:12 EDT | Actualisé 08/04/2016 06:36 EDT

L'opposition à l'Hôtel de Ville demande la démission du président de la Société de transport de Montréal (STM), dont l'achalandage a glissé de 0,9 % l'an dernier, une première baisse en 11 ans.

Selon son rapport annuel 2015 dévoilé jeudi, la STM a « stabilisé son niveau d'achalandage à 413,3 millions de déplacements ». Pour la Société, cette stabilisation est régionale et canadienne, et s'explique par des difficultés économiques, le recours aux modes de déplacements alternatifs, la baisse du prix de l'essence et un hiver très rigoureux qui a limité la livraison du service.

Le chef intérimaire de projet Montréal, Luc Ferrandez, a rappelé que Philippe Schnobb avait été nommé à la tête de la STM par le maire Denis Coderre après avoir échoué à se faire élire dans son équipe, alors qu'il n'avait aucune expérience de gestion.

« Le gouvernement Trudeau, [mercredi], a annoncé son intention d'investir dans le transport en commun à Montréal [...] Toutes les autres villes du Canada ont des projets prêts, clé en main, à soumettre. Montréal n'avait pas de projets à soumettre au gouvernement fédéral », a soutenu M. Ferrandez.

Cet homme-là est dépassé, ce maire-là est dépassé, il est temps que M. Schnobb tire sa révérence.

Luc Ferrandez, chef intérimaire de Projet Montréal

ferrandez

M. Schnobb reconnaît que les résultats sont décevants, mais estime que des facteurs externes sont à considérer, comme la baisse du coût de l'essence et les joueurs externes. « Maintenant, on peut prendre le bus et le métro, mais aussi Bixi, facilement, Communauto, Car2Go. Il y a plein de nouveaux joueurs qui sont là », a-t-il soulevé jeudi.

« Il faut tenir compte de ces joueurs-là comme des partenaires de la mobilité durable. Pas comme des compétiteurs », a ajouté le président de la STM. « Les gens qui utilisent ces modes-là [...] ne sont pas allés s'acheter une auto. »


Les nouvelles voitures AZUR


Abonnez-vous à notre page sur Facebook
Suivez-nous sur Twitter