NOUVELLES

Premier contact Chevrolet Malibu 2016 : la pratique est mère du succès (PHOTOS)

04/04/2016 09:06 EDT | Actualisé 04/04/2016 09:08 EDT

On entend parfois dire que le segment des berlines intermédiaires est branché sur le respirateur artificiel, non seulement parce que le créneau des multisegments s’empare tranquillement de ses ventes, mais également parce que les modèles qui y figurent manquent souvent de charme et de sens.

Malibu 2016

General Motors diverge d’opinion sur le sujet. Et c’est avec un mélange de design, d’un tas de technologie et de motorisations efficaces que le géant de Détroit compte faire ressortir la Malibu de son segment comateux.

La Malibu a subi d’énormes vagues de changements au cours de dernières années. Cette fois-ci, est-ce la bonne? Nous sommes allés en Colombie-Britannique, sur les routes de l’Île de Vancouver, pour étudier la question.

Nouvelle devanture, nouveaux accents de chrome et nouveau design pour l’arrière du véhicule ne sont que quelques-uns des éléments compris dans le remodelage esthétique de la Malibu 2016. L’ensemble, qui offre une prestance plus riche et plus raffinée est indubitablement réussi, du moins, il en offre beaucoup visuellement pour une berline intermédiaire. Peut-être son style n’est pas au goût de tous, mais on voit une franche amélioration.

La grande nouveauté motrice pour la cuvée 2016 est sans contredit le tout nouveau moteur quatre cylindres 1,5 L turbocompressé. Ce petit moulin développe 163 ch et 184 lb-pi de couple, ce qui n’est pas énorme, mais tout de même impressionnant pour la petite cylindrée.

Certes, la cure d’amaigrissement qu’a subie la Malibu lui facilite grandement la tâche; cette cure s'est soldée par une perte de 300 livres par rapport au modèle précédent, faisant d’elle la plus légère de son segment.

LIRE AUSSI

Tout ce qu’il faut savoir sur la Chevrolet Malibu hybride 2016

Frugalité et économie de carburant sont de la partie, mais l’agrément de conduite en prend un coup; la puissance semblait insuffisante à certains moments au cours de l’essai. Toutefois, le parcours prévu était inhabituellement exigeant et ne représentait pas le trajet maison-boulot typique.

La deuxième motorisation disponible, le 2,0 L turbocompressé est de retour cette année avec quelques modifications. Il développe 250 chevaux et 258 lb-pi de couple et a beaucoup plus de cœur au ventre que son petit frère. Les routes sinueuses de l’Île de Vancouver offraient des virages tous plus excitants les uns que les autres et notre cavalerie n’a jamais perdu le souffle.

De plus, la Malibu s’est montrée agile et précise tout au long de l’exercice. Non, on ne parle pas ici d’une berline sportive, mais la rigidité améliorée et les nouvelles composantes de suspension combinée au système motopropulseur font de la Malibu une berline intermédiaire agréable à conduire, en fait, beaucoup plus agréable qu’auparavant et plus dynamique que certaines de ses rivales.

À un certain point, elle m’a donné l’envie de passer en mode manuel (la Malibu a un mode manuel!) Hélas, les changements de rapports se font avec le ridicule bouton sur le levier de vitesse, ce qui a freiné mes ardeurs très rapidement.

Un petit mot sur la version hybride : cette année, la Malibu est offerte en version hybride. Lors de notre essai, un seul exemplaire préproduction était disponible et nous avons pu l’essayer brièvement. Tout en douceur, la motorisation nous a bercé dans les rues de Victoria, parfois en mode tout électrique, parfois avec l’intervention du moteur à essence de 1,8 L, mais le tout avec des transitions peu intrusives.

Sur les autres plans que la motorisation, la variante hybride est presque identique aux autres versions, sauf qu’elle offre un peu moins d’espace de rangement dans le coffre arrière.

Un habitacle qui a progressé

L’habitacle a été remodelé par rapport au modèle sortant; celui-ci est plus épuré et plus chic. Tout au haut de la colonne centrale, trône dorénavant l’écran de 7 po. Cet écran tactile est le point central de l’intérieur et il est entouré d’un amalgame de matériaux, comme le cuir, l’aluminium brossé et des plastiques de haute qualité. Le tout est bien ficelé et confère à l’habitacle un caractère invitant.

Misant sur la technologie, GM a équipé la Malibu d’une toute nouvelle version de son système MyLink, qui s’est avéré résolument plus intuitif et rapide que ceux que l’on retrouve dans certains modèles 2016, en plus d’être livré avec Apple CarPlay et Android Auto. Pour ce téléphone intelligent, le chargeur de téléphone par induction est également livrable, avec un refroidisseur intégré!

Le bon vieux système OnStar revient, avec toutes ses fonctions habituelles et des capacités nouvelles. L’une de ces nouvelles fonctions permet de bloquer l’allumage ou encore ralentir votre Malibu si un voleur s’en empare.

Nous avons également testé le système de navigation humaine, qui permet de demander des directions à un être humain via le système. Lorsqu’on a demandé des directions pour revenir à l’hôtel, notre interlocutrice nous a offert de nous trouver le meilleur tarif via un populaire service de réservation en ligne. Commode? Peut-être. Vendeur, certainement!

GM est l’un des pionniers à offrir le Wi-Fi 4G LTE, la Malibu en profite également. Il est primordial de mentionner que cette borne vient avec un prix. Chez GM, la tarification courante est de 20$ pour 1 gigaoctet, 40$ pour 3 gigaoctets et 50$ pour 5 gigaoctets. Si l’on considère que visionner un film sur Netflix nécessite, en moyenne, 2 gigaoctets… ça fait cher du film. Il faut donc y penser deux fois avant de connecter les tablettes des enfants sur le système!

Tout bien considéré, la Malibu 2016 fait un grand pas vers l’avant. Et côté prix, elle se situe en plein dans le mille; la version de base (L) débute à 23 495 $ et est équipée du 1,5 L, tout comme les versions LS et LT. Seul bémol, pour avoir le 2,0 L plus performant, il faudra opter pour la version Premier, qui débute à 33 795 $. La version hybride quant à elle, a une étiquette de prix de 30 600 $.

À l’évidence, la Malibu ne fournira pas de sensations de conduite extravagantes; c’est une berline intermédiaire qui peut faire un peu de tout, de manière très correcte. Mais lorsqu’on la compare à la Camry, l’Accord et la Sonata, la Malibu s’avère un choix sûr pour des acheteurs qui cherchent style, technologie et espace avec un soupçon d’agrément de conduite.

Abonnez-vous à HuffPost Québec Autos sur Facebook
Suivez HuffPost Québec Autos sur Twitter