DIVERTISSEMENT

Quatre soirs au Métropolis: plein soleil sur Half Moon Run (ENTREVUE)

01/04/2016 04:33 EDT | Actualisé 02/04/2016 08:04 EDT

Le groupe indépendant anglophone basé à Montréal, Half Moon Run, est l’une des formations les plus en vue au Québec. Depuis leur début officiel avec le label Indica Records en 2010, le quatuor rock connaît un important succès chez nous, mais aussi à l’étranger. Son ascension est impressionnante comme en font foi les quatre concerts d’affilée qui seront offerts au Métropolis de Montréal, à guichets fermés. Rencontre avec le multi-instrumentiste Isaac Symonds, dans une suite de l’hôtel W, au centre-ville.

L'article se poursuit après la galerie photos.

Half Moon Run au Métropolis - 1er avril 2016


En ce moment, le groupe (complété par Conner Molander, Devon Portielje et Dylan Phillips) est en pleine tournée internationale: France, Grande-Bretagne, Allemagne, Norvège, Italie, Belgique, Irlande, Écosse, Etats-Unis, la liste des pays visités est longue. Jusqu’à ce jour, les billets des spectacles se vendent comme des petits pains chauds. Aux dires de Symonds, il resterait encore une quarantaine de concert à livrer concernant le second long jeu Sun Leads Me On, paru à l’automne. Depuis sa création il y a environ six ans, Half Moon Run a vendu 150 000 exemplaires de ses deux opus. Bien entendu, les ventes continueront de manière substantielle au cours des prochains mois.

«Nous sommes à peu près à la moitié de la tournée, explique le musicien, en anglais. Nous terminerons cette série de concerts quelque part au début de l’année prochaine. En avril, nous repartirons durant cinq semaines aux États-Unis. Nous retournerons ensuite en Europe pour jouer dans plusieurs villes.»

«Ça se passe très bien jusqu’à maintenant, même si notre premier séjour en Europe a été trop long (six semaines), ajoute-t-il. Notre récent spectacle à Paris (La Cigale, capacité de 1385 personnes, public debout) a été vraiment spécial. L’audience était survoltée dans la place. À la moitié du concert, tout a explosé. Les gens criaient et chantaient extrêmement fort. C’était magnifique. En Pologne aussi c’était bien. Sans oublier les 3000 spectateurs au Roundhouse de Londres. Il faut dire qu’on a travaillé fort ces dernières années. On a donné près de 10 concerts à Londres… Ça donne des résultats. Évidemment, toutes ces villes n’ont rien à voir avec Montréal, qui est pour nous le meilleur endroit pour jouer notre musique.»

«Montréal, c’est fou»

En effet, c’est la folie dans la métropole québécoise au sujet de la formation Half Moon Run. En décembre 2013, le groupe avait proposé deux concerts au Métropolis. Ces prestations servaient du même coup à célébrer la fin de la tournée du premier disque Dark Eyes. Cette fois, Half Moon Run a réussi un exploit remarquable en remplissant quatre fois le Métropolis pour quatre concerts de suite (du 1er au 4 avril). Très peu d’artistes québécois, anglophones de surcroît, réussissent à vendre près de 10 000 billets dans la même ville.

«Avant les Fêtes, nous avons mis en vente les billets pour le premier concert, raconte Isaac. Tout s’est envolé en moins de 15 minutes. Le site internet a même planté! Nous étions emballés. Nous avons donc décidé de proposer un second concert et ce fut à peu près le même résultat. Finalement, nous donnerons quatre spectacles à Montréal, c’est fou. C’est très encourageant de voir que les gens sont si enthousiastes à la maison. Nous aurions pu jouer au Centre Bell. Mais le Métropolis ressemble davantage à notre style et à notre vision de la musique. C’est un endroit sympathique et le son est meilleur.»

Les membres d’Half Moon Run (les musiciens proviennent des quatre coins du Canada) comptent bien souligner d’une façon particulière ce lien privilégié avec les Montréalais. Symonds, sourire en coin, affirme que le groupe a l’intention d’offrir quelques surprises aux spectateurs qui seront au Métropolis lors des concerts. Cela dit, pas question de révéler la teneur de ces surprises: «Pour le reste, il faudra être là!» Du moins, nous pouvons dire qu’Emilie & Ogden (1er avril), Jesse Mac Cormack (2 avril), Give Me Something Beautiful (3 avril) et Folly & The Hunter (4 avril) assureront la première partie de l’un des quatre concerts. C’est d’ailleurs confirmé sur le site internet du Métropolis.

De gros festivals

Pour les amateurs tristes qui n’auraient pu se procurer des billets pour l’un de ces quatre spectacles offerts à guichets fermés, un petit baume au cœur: Half Moon Run livrera une performance sur l’une des deux scènes principales du couru festival montréalais Osheaga, à la fin juillet. Il sera aussi au Festival d’été de Québec.

Pour l’instant, Isaac Symonds ne sait guère quand Half Moon Run pourra produire un troisième album. Néanmoins, les musiciens ont cumulé quelques dizaines de compositions qu’ils devront éventuellement étrenner ensemble, en studio, pour déterminer lesquelles se retrouveront sur le futur opus.

«Nous avons composé 30 ou 40 pièces et fait des sessions de jam. Mais rien de plus officiel pour le moment. Nous sommes trop occupés avec la tournée. Nous n’avons pas la concentration et le temps nécessaire pour déterminer ce que sera le prochain disque en ce moment. Après la tournée, nous pourrons attaquer le prochain long jeu.»

À noter qu’Half Moon Run a quand même pris le temps de composer une chanson originale, Warmest Regard, pour le prochain film du réalisateur Jean-Marc Vallée, Demolition, qui a été présenté en première mondiale au Festival du film de Toronto. Le film, qui met en vedette Jake Gyllenhaal et Naomi Watts, sera présenté en grande première médiatique le 7 avril.

Par ailleurs, Half Moon Run fait partie de la liste des nominations des prix Juno 2016, dans la catégorie révélation de l’année – groupe. «Ça fait extrêmement plaisir, indique Isaac Symonds. C’est la première fois que le groupe est sélectionné au Juno. Milk & Bone, un autre groupe québécois, fait également partie des artistes retenus [dans la même catégorie on retrouve Dear Rouge, The Elwins et Young Empires]. Le gala (télévisé en direct de Calgary, le 3 avril) sera en même temps que notre spectacle au Métropolis. Peut-être qu’on pourra célébrer ça avec nos fans!..»

Abonnez-vous à notre page HuffPost Québec Divertissement
Suivez-nous sur Twitter

INOLTRE SU HUFFPOST

Quelques albums québécois attendus en 2016